Peut-on, doit-on relancer le nucléaire ?

Par Bernard SESOLIS, expert Energie Environnement le 24 Février 2023


Avez-vous remarqué que nous manquons cruellement de vision pour le futur ? Avez-vous remarqué l’absence d’utopie qui permet de définir des voies politiques à moyen et long terme ?

Tout le monde ou presque souhaite la paix, tout le monde ou presque rêve d’abondance, de justice et d’équité. Bref, tout le monde ou presque aspire à la sérénité et à l’harmonie.

Ce « presque » est souvent le fait d’une minorité affublée d’énormes moyens, donc d’énormes pouvoirs. Ce « presque » pose la question de la démocratie, sujet crucial de nos sociétés et en permanence remis en cause. Ces banalités sont tenaces et couvrent toutes les questions sociétales.

Celles que nous abordons humblement dans Xpair, le bâtiment, la ville, le territoire vus sous l’angle de l’énergie et de l’environnement, n’échappent pas à ces évidences. L’énergie est violemment d’actualité et les stratégies pour répondre à un contexte chaotique font l’objet de débats tronqués. La question urgente du moment, c’est le nucléaire. Pour la nième fois, il nous faut y revenir car l’actualité en la matière est fébrile et les décisions qui seront prises cette année auront des conséquences pour le très long terme.


nucléaire

Peut-on, doit-on relancer le nucléaire ?


Derrière le « pour » ou « contre » le nucléaire : quelle société pour le futur ?

Dit comme cela, le sujet est trop vaste. Il faut se contenter de schémas, voire de caricatures pour avancer.

Deux visions s’affrontent :

  • Vision « A » : la sortie du système économique et financier mondialisé et un retour à la décentralisation, aux territoires, aux échelles « humaines », aux circuits courts, à la décroissance maîtrisée, aux technologies partagées, à la démocratie souveraine directe, à la nature retrouvée. En gros, une écologie raisonnée appliquée et une sortie de la mondialisation économique.
  • Vision « B » : le progrès comme principe d’un bonheur partagé par un nombre croissant d’individus grâce au ruissèlement vers les « masses » d’un bien être pensé et organisé par une élite pour une élite. Une confiance totale envers la technologie future et la science, le « réalisme » économique et politique du court terme. En gros, le prolongement des modes de vie actuels, mais décarbonés grâce au progrès.

Dit comme cela (je vous ai prévenu, c’est caricatural), êtes-vous tendance A ou B ?

Le camp A est socialement minoritaire, souvent militant. Le camp B est plus encombré notamment par ceux qui sont bien situés socialement dans un pays développé.

Dit comme cela, on comprend mieux pourquoi s’est instauré depuis longtemps le dialogue de sourds entre les antis et pro-nucléaires car ce clivage correspond assez bien aux deux tendances A et B. Elles sont antinomiques et aucun compromis n’est possible.
Seulement voilà, la majorité, vous et moi, ne peuvent, j’imagine, ni ne veulent se classer dans une de ces catégories. Il y a en chacun de nous un mix de A et de B.

Pour être clair, je considère subjectivement le sujet avec une grosse dose de A et malgré tout, quelques miettes de B, simplement parce que je ne peux pas nier où et comment je vis, et je ne veux pas éluder le rapport de force entre A et B

La majorité des citoyens n’ont qu’une idée floue du sujet. Trop complexe, trop technique, trop fantasmatique. On peut lire un exemple frappant de ce dialogue impossible dans Libération du 5 Mars 2021 : sur une même double page, Claude Jaouen, vice-président de l’association « Les voix du nucléaire » assène tous les poncifs pour le nucléaire - énergie décarbonée, pilotable, non subventionnée (sic !), seule voie envisageable des points de vues technique, économique, environnemental et sociétal - rien que ça ! tout en dégommant les EnR – intermittences nécessitant d’impossible stockages massifs - et en plus, revendiquées que par des idéologues [1].

Sur l’autre page, le réseau « Sortir du nucléaire » résume tous les poncifs contre le nucléaire sur les risques, les coûts, la sécurité [2].

Un gouffre intellectuel béant sépare ces deux pages, ces deux clans.

Nuancer entre les deux points de vue reviendrait à trahir le camp A ou le camp B. Le compromis serait une compromission. Pas le temps de réfléchir, de composer, de considérer l’autre comme aussi sensé que soi. Pas question de reconnaître que celui ou celle d’en face a des arguments méritant réflexions. C’est tellement plus facile de se contenter de postures et de discours radicaux éludant les questions concrètes.

On réduit l’autre à des profils qui peuvent faire sourire mais qui ont la peau dure. « A » serait l’anti capitaliste barbu utopiste, ne comprenant rien à l’économie réel. Un irresponsable installé dans une révolte exprimant un art de se distinguer (voir par exemple [3]). « B » serait un pragmatique, un responsable, un réaliste, pour qui l’économie mondialisée est inéluctablement et définitivement installée, permettant un modèle planétaire d’art de vivre qui doit être imposé et généralisé.

Comment faire la part des arguments pour et contre le nucléaire ?


nucléaire terre

Un exemple de démocratie directe indispensable : la CNDP

La Commission nationale du débat public (CNDP), instance indépendante mais officielle [4] a été sollicitée pour traiter la question du futur du nucléaire. Dès fin 2021, la CNDP a constaté que :

  • une relance de l’énergie nucléaire en France représente un choix démocratique majeur, engageant les générations futures. Toute personne vivant en France doit pouvoir être pleinement informée de ces enjeux et participer à l’élaboration des décisions concernant cette politique.
  • le public n’a jamais pu être pleinement associé à ces choix énergétiques majeurs concernant l’énergie nucléaire.
  • les annonces de relance de la construction de réacteurs nucléaires ont été formulées avant toute procédure de participation du public prévue par les conventions internationales.
  • seul un débat conduit dans le respect des principes d’indépendance, de transparence, de neutralité, d’argumentation, d’équivalence et d’inclusion qui régissent l’intervention de la CNDP peut contribuer à asseoir la légitimité de toute décision future concernant l’énergie nucléaire en France.

La CNDP a été saisie conjointement par EDF et RTE sur un programme de six réacteurs nucléaires de type "EPR2", dont les deux premiers seraient situés à Penly (76), en Normandie.

Ce programme et ce projet font aujourd’hui l’objet d’un débat public, qui possède donc à la fois une dimension locale au regard du projet de construction à Penly et une dimension nationale au regard du programme industriel proposé par la filière nucléaire.

Ce débat structuré autour de 10 questions [5] a démarré en Octobre 2022 et la CNDP doit présenter ses conclusions le 27 Ffévrier 2023. Je vous invite fortement à découvrir l’avancement de ces travaux > cliquez ici 

Qu’en pensent ceux entre « A » et « B » et quels sont les états d’âme des décideurs ? 

La majorité ne se reconnaîtra ni dans « A », ni dans « B ». Selon les individus et leur situation, chacun représente un cocktail selon des proportions variables de « A » et de « B », sans bien sûr se réduire uniquement à ces caricatures.

Cependant, quand il s’agit de prendre des décisions politiques et techniques, on évite d’aller plus loin pour imaginer les aspirations et les désirs du citoyen et les possibilités d’y répondre. Il y n’a que du « B » sans nuance chez les décideurs.

D’ailleurs, Michel Badré, président de la CNDP sur la construction des nouveaux réacteurs n’était pas dupe quand il affirmait que ce débat public sera utile ... si les parlementaires se réfèrent à ce qui sera dit et qu’ils en tiendront compte [6]. Ses craintes ont été confirmées.
Si le Sénat a voté la simplification administrative pour la mise en œuvre de l’éolien fin 2022, il vient également d’adopter en première lecture le 24 Janvier 2023, un projet de loi pour accélérer les procédures an vue de la construction de futurs réacteurs. Et ce, avant même d’avoir pris connaissance de l’avancement des travaux de la CNDP sans attendre les conclusions fin Février.

Cette précipitation en dit long sur les choix a priori d’une bonne partie de la classe politique.
Ce fait accompli marque une volonté de choisir le scénario le plus nucléaire parmi les 6 scénarii établis par RTE fin 2021 puisqu’un des amendements supprime la limite maximale des 50% de la part de production d’électricité issu du nucléaire en 2035. La valeur « plafond » est devenue la valeur « plancher » ! [7]. Certains contributeurs à la CNDP ont claqué la porte [8].

Ce passage en force pour le nucléaire rappelle les décisions prises en leur temps sur l’amiante ou les pesticides. On peut toujours justifier de casser des œufs pour obtenir une omelette (protection plus efficace contre le feu, production alimentaire de masse). Mais jamais il n’est fait allusion à la note à faire payer aux « autres » plus tard … et au goût de l’omelette.

L’actualité énergétique manipulée par Poutine donne une opportunité inédite aux pro-nucléaires d’assener que l’EPR est bien la seule alternative technique et économique pour sortir du marasme climatique, aussi bien en Europe que dans les pays en voie de développement, notamment grâce au moyen d’hypothétiques mini EPR conçus pour ce marché d’exportation.

L’opinion publique a basculé pour le nucléaire cet hiver sans que la question soit sérieusement et réellement débattue. Une opinion, ça se construit d’autant plus facilement qu’on méprise allègrement les travaux collectifs de réflexions mises en œuvre et que l’on gomme les nuances, les compromis réfléchis et lucidement acceptés. Si un référendum était lancé sur le nucléaire aujourd’hui, nul doute que la réponse serait « oui ».


La CNDP va proposer, mais l’exécutif a déjà décidé !

Même si l’énergie n’est pas un domaine réservé du Président de la République, l’actuel locataire de l’Elysée use lourdement de son statut pour imposer un maximum de nucléaire dans le futur mix énergétique. Il ne s’en est jamais caché, Emmanuel Macron est un farouche défenseur du redéploiement du nucléaire. La brutalité des déclarations et des initiatives prises en est la marque. Le 3 Février 2023, le Conseil de Politique Nucléaire, instance de pilotage du programme nucléaire, dépendant directement de l’Elysée, rappelle à sa première réunion indépendamment des futures conclusions de la CNDP que « La relance du nucléaire est un chantier prioritaire pour notre pays dans la consolidation de sa souveraineté et pour le respect de nos ambitions en matière de décarbonation et de compétitivité de l’économie française » [9].

Et parmi toutes les décisions prises allant à sens unique vers ce que souhaite le Président, sans aucune concertation avec les intéressés, il a été décidé la fusion des équipes de deux organismes majeurs pour la sûreté nucléaire : celle de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) et celle de son bras technique, l'IRSN. Ce dernier, né il y a 20 ans, pourrait alors disparaître. La suppression du principe dual des fonctions d’expertises pourrait mettre en crise le système de sûreté [10].


Des principes à considérer dans la décision politique

Le point d’avancement de la CNDP en Janvier 2023 faisait état de ce qui avait été compris sur le sujet par ce collectif composé de citoyens, non militants, non spécialistes, représentant un large panel de générations, régions, degrés d’instructions et métiers. Avant les conclusions de fin Février, il a été avancé quelques principes à considérer dans la décision politique :

  • reconnaître comme principal axe, la santé de la population et la protection actuelle et future de l’environnement.
  • ne pas dépendre d’une seule technologie pour faire des choix adaptables dans la durée, et réversibles.
  • renforcer la coopération internationale.
  • informer sans infantiliser.
  • faire partager la population aux choix et assurer l’existence de contre-pouvoirs.
  • engager une politique de sobriété partagée équitablement.
  • savoir renoncer à la relance du nucléaire si nous ne sommes pas sûrs d’être en capacité de maitriser et d’assumer les conséquences (santé, environnement) et le financement à long terme (gestion des déchets, démantèlement, situations post-catastrophe, …)

C’est un euphémisme de dire que l’exécutif n’est pas dans la nuance et n’a pas pris tous ces principes en considération. Normal diriez-vous puisque les décideurs actuels sont vraiment des caricatures de catégorie « B » !

En étant surtout « A » mais avec une pincée de « B », je me permets de penser que le bon compromis urgence / financement / respects / développement durable et frugalité serait le scénario 100% électricité issues des EnR avec une sortie définitive mais très progressive du nucléaire afin de laisser du temps pour dégager suffisamment de moyens pour renforcer la R&D sur l’éolien, le solaire, le stockage et l’hydrogène vert, la gestion des réseaux, le recyclage et le réemploi. Tout cela pourrait s’envisager avec un carénage des centrales leur permettant de fonctionner au moins 50 ans dans des conditions drastiques de sécurité ; les USA viennent de délivrer des autorisations pour 80 ans d’exploitation sur des centrales à technologie très proches de celles du parc français [11].

Donc, à la question posée, oui, on peut relancer le nucléaire … mais non, on ne doit pas le faire. C’est aux politiques de lâcher B pour aller vers A ... Auront-ils le courage de changer ?
Permettez-moi d’en douter.

  1. « Réduire la part du nucléaire : une fausse bonne idée » - Libération - 5 Mars 2021 - Claude Jaouen
  2. « La France peut et doit sortir de l’impasse de l’atome » - Libération - 5 Mars 2021 - Réseau « Sortir du nucléaire »
  3. Dans la BD « Le monde sans fin » de Jean-Marc Jancovici et Christophe Blain, Editions Dargaud, J.M.Jancovici développe dans un chapitre consacré aux énergies décarbonées (pp.126-163) une démonstration défendant le nucléaire contre les EnR, qui seraient aveuglément défendues par des individus forcément baba cool de catégorie « A » : Cf. pages 141 et 151
  4. La Commission nationale du débat public (CNDP) est l’autorité administrative indépendante qui garantit le droit de toute personne vivant en France à l’information et à la participation sur les projets et politiques qui ont un impact sur l’environnement. Ce droit est inscrit à l’article 7 de la Charte de l’environnement.
  5. Ce « droit au débat » du public permet également d’améliorer les décisions des responsables des projets ou des politiques, en les éclairant sur les valeurs, attentes et interrogations du public. La CNDP est saisie de manière obligatoire en fonction de critères et des caractéristiques des projets définis par le code de l’environnement.
    1 - A quoi sert ce débat ?
    2 - Avons-nous besoin d’un nouveau programme nucléaire ?
    3 - Qu'est-ce que l'EPR2 et peut-on faire du nucléaire autrement ?
    4 - Que s’est-il passé à Flamanville et quels enseignements en a-t-on tirés ?
    5 - Quelles conditions et conséquences du projet Penly sur le territoire et l’environnement ?
    6 - Quelles conséquences sur le travail et l’emploi ?
    7 - Quel coût, quel financement, et quelle rentabilité ?
    8 - Quelle prise en compte des incertitudes climatiques et géopolitiques ?
    9 - Comment décider sur les questions nucléaires ?
    10 - Que voulons-nous transmettre à l’issue de ce débat?

6. « Il n’y a jamais eu de débat public sur le nucléaire » - Le Monde - 27 Octobre 2022 - Interview de Michel Badré par Perrine Mouterde
7. « Le mirage des 50% de nucléaire » - Le Monde - 24 Janvier 2023 - Adrien Pécout
8. « Les antinucléaires claquent la porte du débat public sur l’atome » - Le Monde - 26 Janvier 2023 - Adrien Pécout
9.  Service de communication de l’Elysée : Cliquez ici
10. Emmanuel Macron et le nucléaire à marche forcée » - Libération - 14 Février 2023 - Yves Marignac (Négawatt)
11. « La prolongation jusqu’à 80 ans de la durée de vie du parc nucléaire n’est pas un tabou » - Agence Reuter - 21 Janvier 2023, interview de Cédric Lewandowski, Directeur exécutif EDF chargé du parc nucléaire


Commentaires

  • Brice
    0
    25/04/2023

    A l'heure actuelle, avec les progrès en place et à venir dans les EnR construire de nouvelles centrales nucléaires est une aberration. Pourquoi ? Bah tout simplement car le vent, le soleil et l'énergie hydraulique sont GRATUITS et nous donnent par la même une réelle indépendance énergétique.
    D'où vient l'uranium ? Ouzbékistan, Kazakhstan, Niger. Des pays sous la coupe ou en phase de l'être de la Russie et donc par ricochet de la Chine. C'est ça être indépendant ? Quel manque de prévoyance et de vision à long terme. Le lobby nucléaire et leurs vassaux au pouvoir actuellement se sont engouffrés dans la brèche qui a été ouverte par la peur de manquer d'électricité cet hiver, effet collatéral de la guerre en Ukraine, peur instillée à longueur de journée dans les médias avec plan de délestage en cas de coupure répété à longueur de journée sur par les médias... et le but a été atteint : alléluia l'atome redevient fréquentable, ouf et on essaie même de le faire classer dans les énergies vertes, bah oui c'est le moment ou jamais, on sait jamais sur un malentendu ça peut passer, il faut essayer de le faire avant que la peur ne retombe. C'est pratique la peur ça a toujours permis de manipuler les foules de leur plein gré. Argument fallacieux du : il faut sortir des énergies carbonées : évidemment qu'il faut en sortir et donc ça justifie de se jeter de nouveau dans le nucléaire ? Je ne vois pas en quoi, on met le paquet sur le renouvelable point, je le rappelle énergie GRATUITE une fois en service et qui n'engage pas l'avenir des générations futures ni ne génère des couts illimités à la construction, l'entretien puis le démantèlement sans oublier le stockage des déchets radioactifs toujours pas résolu ainsi que l'envoi en Russie des 1% de déchets que l'on retraite mais qu'on n' utilise pas derrière.
    N'oublions pas le fleuron de l'industrie nucléaire française : La Hague, une aberration économique pour seulement 1% de déchets retraités mais dont on ne fait rien après. Et là je vois arriver l'argument massue des pros nucléaires : on ne peut pas stocker l'électricité issue des éoliennes et panneaux solaires ni maîtriser sa production en en temps réel et en fonction des besoins... et alors j'ai envie de dire, il suffit d'en faire plus, de surdimensionner comme on a fait pour le nucléaire d'ailleurs mais là ça ne dérangeait personne, enfin surtout pas le lobby du nucléaire. Cet hiver les records de productions de l'éolien se sont enchaînés, bah oui car curieusement quand il fait mauvais temps il y a du vent, étonnant non. Autre risque du nucléaire : ça représente des cibles idéales en cas de conflit, on le voit bien en Ukraine avec Zaporijjia, alors que quand c'est disséminé comme le renouvelable on est bien plus tranquille de ce coté là. On peut parler du démantèlement aussi, quelqu'un a une idée de ce que ça représente en temps et surtout en coût. Prenons l'exemple de la mini centrale de Brennilis, arrêtée depuis 1985 et toujours pas démantelée, elle sert de chantier test (voir https://www.20minutes.fr/planete/3172739-20211116-bretagne-trente-six-ans-apres-fermeture-centrale-nucleaire-brennilis-attend-toujours-demantelement ). Il faut savoir ce que ça représente de démanteler une centrale : on gratte le béton contaminé par exemple et on met ça dans des sacs, un travail de titan, sans fin et aux coûts illimités presque (Bouygues se frotte les mains). Là je vois arriver l'argument des pales d'éoliennes pas recyclables... Ok mais bon on les démonte, on les stocke dans un coin et c'est terminé, durée du chantier 1 journée, ça n'aura pas couté des milliards, généré des dizaines de milliers de big bags de poussières ou autres contaminés... ce sont des déchets non dangereux et ça ne sera pas un chantier d'une durée illimitée. Se tourner vers le nucléaire actuellement, quand on voit les couts sans fin des EPR et l'impossibilité que l'on a de respecter les délais de construction juste pour ceux en chantier c'est une aberration, que l'on mette tout ce fric dans les renouvelables et l'isolation des logements et on sera les rois. Mais bon ceux qui vivent du et se gavent du nucléaire ne sont pas prêts de lâcher leur poule aux œufs d'or quitte à endetter et mettre notre pays dans la mouise, on s'en fout de ça, seul le fric compte à ces niveaux là, la France et ses habitants, ils s'en tapent royalement en réalité.


  • Jb
    0
    27/02/2023

    Dites que vous êtes anti-nucléaire, on gagnera du temps.
    Symptomatique de notre secteur de la construction et l'immobilier, intoxiqué par la pensée de Negawatt, organisation anti-nucléaire et financée par l'industrie du gaz et les universités allemandes.

    Contrairement à ce que vous laissez entendre, tous les arguments ne se valent pas.
    L'opposition au nucléaire n'a pas de fondement scientifique. Elle n'est que l'expression de peur légitimes héritées du temps de la guerre froide (ce qui explique le vieillissement du mouvement anti-nucléaire) et de peurs illégitimes agitées par des idéologues pour ecarter l'idée que l'humanité disposent de jokers dans sa lutte contre le rechauffement climatique (jokers = nucléaire, OGM,...)

    Le modèle de société decentralisée que vous décrivez n'existe pas. Qu'est ce qui le olus decentralisé et citoyen entre:
    - un reacteur nucléaire construit en France et dont 98% de la valeur (construction, exploitation, cycle combustible) est en France avec une industrie rigoureusement contrôlée et contrainte à une grande transparence,
    - des panneaux solaires dont la valeur est à 98% en Chine avec ce pays qui commence à verrouiller l'export de certains materiaux et composants nécessaires à leur fabrication ?

    Par ailleurs, 85% de l'humanité vit en ville. Pas à la ferme avec son poulailler, ses plans de tomates et ses panneaux solaires sur le toit.

    Votre raisonnement est franco-européano-centré. Qu'allez vous dire aux milliards d'humains qui aspirent à la même abondance et harmonie que vous pour reprendre vos mots ? "Demerdez vous avec des panneaux chinois et trouvez du stockage d'energie là ou vous pourrez".

    Enfin, encore une fois, vous opposez deux "modeles" alors que le vrai modele à combattre est celui de l'economie fossile dans laquelle nous vivons. Aucun pays hors d'Europe ne raisonne en "Nucléaire ou ENR". Pour tous, c'est "Nucléaire ET ENR". Le premier apporte une base stable et les seconds se deploient rapidement.

    • simon
      0
      03/03/2023

      Bonjour Jean-Baptiste ... euh, rappelez-moi votre nom, il a du sauter à l'envoi; nous sommes entre gens normaux ici, vous savez, on est pas sur Twitter ;-)

      Moi, c'est Simon Gaillard, 60 ans, dont bientôt 20 dans l'énergie, technicien fluide dans une commune de la région parisienne depuis 12 ans, 20 GWH / an, difficile à diminuer car le parc augmente, intéressé par propositions sur comment ne pas chauffer les salles de classe quand le centre de loisir occupe seul l'école le matin ( DT°C maxi ) et le soir; des centaines de GWH / an en moins à la clé en France. ¨Pas favorable au nucléaire, par choix éthique d'abord, parce que c'est exogène, merci https://www.incub.net/ , et parce que c'est dan-ge-reux. J'ai aussi un problème moindre avec le PV, qui produit de l'électricité quand elle n'est pas chère; et une grand intérêt pour le bois-énergie etc, dont les cogé produisent de l'élec quand elle est la plus chère.

      " ... intoxiqué ... " : comment voulez-vous que je continue à vous lire après ce mot ?

      Bien à vous.
      simon.gaillard@gmail.com

      Merci à Xpair de permettre à une référence septique sur le nucléaire; il est possible que ça devienne rare, vu la lecture de certains.

    • Bernard
      0
      01/03/2023

      Tout d’abord, merci d’avoir pris de votre temps pour lire ma dernière humeur. Mais aussi pour vos commentaires très étoffés. Il me faut également prendre du temps pour vous répondre point par point (-->) afin de corriger certains de vos chiffres et arguments parfois caricaturaux et surtout rétablir certains de mes propos que vous vous êtes permis de déformer. Je ne cherche pas à vous convaincre (là ce serait du temps perdu), mais à enrichir nos réflexions réciproques :

      « Dites que vous êtes anti-nucléaire, on gagnera du temps ».--> Vous perdez le vôtre en résumant ma position ainsi. Relisez moi SVP. Je suis contre un nouveau déploiement du nucléaire, nuance.

      « Symptomatique de notre secteur de la construction et l'immobilier, intoxiqué par la pensée de Negawatt, organisation anti-nucléaire et financée par l'industrie du gaz et les universités allemandes ». --> C’est bien connu, les pro-nucléaires n’intoxiquent personne et n’ont pas les moyens colossaux de Négawatt ou des facs allemandes. Chacun s’intoxique comme il peut…

      « Contrairement à ce que vous laissez entendre, tous les arguments ne se valent pas ».  libre à vous de l’entendre ainsi. Je n’ai jamais écrit que tous les arguments se valent.
      « L'opposition au nucléaire n'a pas de fondement scientifique ». --> Assertion gratuite et fantaisiste. C’est une injure pour ceux qui ont travaillé dans le nucléaire et qui en sont sorti ! Et je serais curieux de connaître vos arguments scientifiques

      « Elle n'est que l'expression de peur légitimes héritées du temps de la guerre froide (ce qui explique le vieillissement du mouvement anti-nucléaire) et de peurs illégitimes agitées par des idéologues pour écarter l'idée que l'humanité disposent de jokers dans sa lutte contre le réchauffement climatique (jokers = nucléaire, OGM,...) »--> vous vous auto-caricaturez en catégorie « B ». Continuez à jouer avec vos jokers mais l’avenir de la planète ne se résume pas à une simple partie de poker.

      « Le modèle de société décentralisée que vous décrivez n'existe pas ».  Evidemment puisque c’est une utopie vers laquelle, je pense, il faut tendre.
      « Qu'est ce qui le plus décentralisé et citoyen entre:
      - un réacteur nucléaire construit en France et dont 98% de la valeur (construction, exploitation, cycle combustible) est en France avec une industrie rigoureusement contrôlée et contrainte à une grande transparence, » --> 98% de la valeur ? Donnez nous vos sources, cela va intéresser les lecteurs. Je vous rappelle que les matières fissibles sont extraites dans des pays souvent très peu recommandables politiquement et que la Russie contribue toujours et encore largement dans l’affinage des combustibles et le traitement des déchets (Tiens ! Un embargo sur le gaz et le pétrole, mais pas sur le nucléaire !!!). Quant à la soi-disant indépendance énergétique de la France, je ne vais pas à nouveau développer l’état des lieux mais je vous rappelle que le nucléaire est une industrie très largement mondialisée.

      « - des panneaux solaires dont la valeur est à 98% en Chine avec ce pays qui commence à verrouiller l'export de certains matériaux et composants nécessaires à leur fabrication ? » --> Encore 98% ! Faux. 60%, et c’est déjà beaucoup. Quant aux matériaux, vous confondez les ressources nécessaires avec les technologies actuelles pour le PV et celles pour le stockage. Et là, ce n’est pas un problème spécifique aux PV

      « Par ailleurs, 85% de l'humanité vit en ville. Pas à la ferme avec son poulailler, ses plans de tomates et ses panneaux solaires sur le toit ». --> Encore faux. 55% en 2020 (81% en France) et 68% en 2050. Et l’hyper-concentration accompagnée de la désertification du reste des territoires, c’est un modèle du XXème siècle. Des tendances inverses sont déjà observées. Mais au fait, pourquoi cette remarque ?

      « Votre raisonnement est franco-européano-centré. Qu'allez-vous dire aux milliards d'humains qui aspirent à la même abondance et harmonie que vous pour reprendre vos mots ? Demerdez vous avec des panneaux chinois et trouvez du stockage d'energie là ou vous pourrez ».--> Non, ils n’aspirent pas à la même harmonie. Si on voulait plaquer le mode de vie d’environ 1 milliard d’habitants (drôle d’harmonie !) aux 7 milliards de terriens restants, il faudrait au moins 2 fois les ressources de la planète. Quant aux PV chinois et à la soi-disant inexistence de stockage, les choses bougent vite.

      « Enfin, encore une fois, vous opposez deux "modèles" alors que le vrai modèle à combattre est celui de l'économie fossile dans laquelle nous vivons.--> Désolé de vous contredire encore. Les enjeux ne se réduisent pas seulement à des choix énergétiques avec l’abandon des énergies fossiles, mais aussi à des choix d’organisation des sociétés et de l’économie.

      « Aucun pays hors d'Europe ne raisonne en "Nucléaire ou EnR". Pour tous, c'est "Nucléaire ET EnR ». --> Vous évoquez les pays hors d’Europe. Faut-il préciser qu’il s’agit de pays qui peuvent choisir entre différentes alternatives énergétiques et qui sont déjà des grandes puissances (Etats Unis, Canada, Australie, Chine, Inde, Corée du Sud,….). Je vous invite à découvrir leurs projections du mix énergétique d’ici quelques décennies. Vous constaterez que le nucléaire restera marginal. Au mieux, ce sera EnR et Nucléaire pour un temps ». C’est ce schéma que je défends pour les pays déjà nucléarisés. Quant à tous les autres, ce ne sera certainement pas « Nucléaire ET EnR », mais « EnR ET EnR »


LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
En validant ce formulaire, vous acceptez que les informations saisies soient transmises à l’entreprise concernée dans le strict respect de la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité
Reférencement gratuit

Référencez gratuitement votre société dans l'annuaire

Suggestions

Agitation sociale et agricole, finances publiques en berne ? La transition attendra

Agitation sociale et agricole, finances publiques en berne ? La transition attendra

Agitation sociale et défis agricoles : Comment la transition écologique peut apaiser les tensions.


Forum Mondial Bâtiments et Climat : agir pour le climat, la résilience, la prospérité et le bien-être

Forum Mondial Bâtiments et Climat : agir pour le climat, la résilience, la prospérité et le bien-être

Des discussions sur des solutions durables pour des bâtiments plus résilients et adaptés au climat.


Trophées Start-up « bâtiment 2050 » à EnerJ-meeting Paris : et les gagnants sont …

Trophées Start-up « bâtiment 2050 » à EnerJ-meeting Paris : et les gagnants sont …

Découvrez la liste des lauréats des Trophées Start-up Bâtiments 2050 à EnerJ-meeting Paris 2024.


3 000 milliardaires sur la planète ! Alors 2024, année banale ou charnière ?

3 000 milliardaires sur la planète ! Alors 2024, année banale ou charnière ?

Les 3 000 milliardaires mondiaux en 2024 : Une élite financière en constante évolution, une année charnière.


Health Cube - le nouveau centre de santé innovant de Wilo

Health Cube - le nouveau centre de santé innovant de Wilo

Découvrez le Health Cube de Wilo, un centre de santé innovant qui réinvente le bien-être pour les employés du groupe à travers le monde.


RE:3 pour une réduction durable du carbone incorporé

RE:3 pour une réduction durable du carbone incorporé

Comment optimiser les pratiques pour contribuer à un avenir plus respectueux de l'environnement tout en maintenant la performance et la durabilité ?


Crise de la construction : quelques signes d’un changement en profondeur

Crise de la construction : quelques signes d’un changement en profondeur

Découvrez les indicateurs clés qui pointent vers une transformation profonde dans l’industrie de la construction.


Les économies d’hier sont les dépenses d’aujourd’hui

Les économies d’hier sont les dépenses d’aujourd’hui

Découvrez dans cette chronique comment les choix d’économie d’hier peuvent impacter nos finances aujourd’hui.


Performance des chaudières gaz condensation à 3 piquages

Performance des chaudières gaz condensation à 3 piquages

Les avantages des chaudières à gaz à 3 piquages : économies d’énergie et réduction des émissions.


Accélérer la décarbonation du secteur du bâtiment

Accélérer la décarbonation du secteur du bâtiment

Le bâtiment neuf doit non seulement être efficace et exemplaire sur le plan énergétique mais également sur le plan environnemental .


Performances et traitement des installations de chauffage

Performances et traitement des installations de chauffage

Sentinel partage son savoir-faire quant à l'optimisation du chauffage et de l'eau chaude sanitaire (ECS)


Déshumidification de locaux et déshumidification de piscines

Déshumidification de locaux et déshumidification de piscines

Explorer les solutions de déshumidification pour locaux et piscines, pour un contrôle efficace de l'humidité.


Plancher chauffant et rafraîchissant en neuf et rénovation

Plancher chauffant et rafraîchissant en neuf et rénovation

Le plancher chauffant et rafraîchissant de Schulter est une solution innovante et polyvalente, adaptée à la fois aux nouvelles constructions et aux rénovations.


Chauffage hybride de logements collectifs avec pompe à chaleur et chaudière

Chauffage hybride de logements collectifs avec pompe à chaleur et chaudière

Cette expertise vise à optimiser les performances énergétiques des logements collectifs en combinant chaudières à gaz naturel et pompes à chaleur, en réponse aux normes réglementaires et aux e


« Sans transition » ... et surtout sans se raconter d’histoires car il n’y a pas de transition énergétique

« Sans transition » ... et surtout sans se raconter d’histoires car il n’y a pas de transition énergétique

Selon les premières interviews de Jean-Baptiste Fressoz, l'auteur dévoile comment matières et énergies s’accumulent.