Pour la maison individuelle durable

Par Dominique BIDOU, président d'honneur de l'Alliance HQE-GBC France le 09 Avril 2021


La maison individuelle est attaquée de toutes parts par les défenseurs de l’environnement alors qu’elle est plébiscitée par les Français. Comment sortir de cette contradiction « par le haut » ? La maison individuelle présente des défauts, mais aussi des qualités, et son rejet a priori empêche de voir comment réduire les défauts et valoriser les qualités. Peut-on construire des maisons individuelles bonnes pour l’environnement ?


Rappelons au départ que les premières maisons à énergie positive étaient des maisons individuelles, de même que les maisons biosourcées, faites de bois, de terre ou de paille. 


maison individuelle

La maison « individu-elle » faite pour l’individu, et l’environnement


Défauts et qualités de la maison individuelle

La maison individuelle a deux défauts. Elle consomme de l’espace et elle consomme plus d’énergie.

Elle a aussi des qualités propres, si elle est comparée avec des immeubles d’habitat collectif. Elle offre plus de facilités pour infiltrer les eaux pluviales, voire les récupérer pour des usages tels que l’arrosage, les chasses d’eau ou les machines à laver. Elle permet de recycler les déchets organiques, réduisant ainsi le besoin de collecte et de traitement des déchets, et ouvrant la possibilité d’une valorisation immédiate et sur place. Une production alimentaire personnelle est une option sociale autant qu’écologique pour le jardin. La végétation est une réponse aux ilots de chaleur, et offre un dispositif naturel de climatisation. Malgré le mot « individuelle », la maison et son jardin sont propices à de nombreux échanges entre voisins. Jardinage et bricolage sont les deux mamelles des relations sociales. Le jardin lui-même est une approche de la nature.

Bien sûr, ces qualités sont virtuelles, il s’agit de les concrétiser. Entre deux jardins, l’un pour le prestige, avec un gazon toujours vert, arrosé tout l’été et gorgé de nitrates, délesté de toutes les « mauvaises herbes » et autres traces de la vie sauvage, et un potager cultivé en permaculture pour un usage direct, il n’y a pas grand-chose de commun. Les défauts peuvent être atténués, voire éliminés, et les qualités renforcées : surfaces non bâties favorables à la biodiversité, à l’infiltration des eaux, à l’utilisation sur place d’un compost, au meilleur circuit court qu’est l’autoproduction, et à bien d’autres choses encore ; surfaces de toits et de murs transformées en minicentrales de production d’énergie.


Une culture de la maison individuelle écolo

Les techniques modernes d’isolation thermique permettent d’atteindre des performances énergétiques de haut niveau. Les plans d’urbanisme conçus pour réduire les distances et favoriser l’usage des modes doux de déplacement, en premier lieu la marche à pied. C’est une culture de la maison individuelle « écolo » qui peut se développer, à condition de ne pas la condamner sans procès. Partir des envies et donner un mode d’emploi, plutôt que contrer les envies, au risque de l’incompréhension entre les spécialistes de l’environnement et le citoyens « ordinaires », attachés à un modèle d’habitat mais qui voudraient bien faire pour peu qu’ils soient guidés. La culture populaire voit d’ailleurs dans la maison individuelle une occasion de se rapprocher de la nature. Pourquoi pas lui donner raison ?

Le décalage entre les acteurs est source de malentendus néfastes à l’environnement. Le spécialiste, de l’énergie, de la faune et de la flore, du paysage, de l’eau, etc …, et l’usager, citoyen, consommateur, le « ménage » comme on dit dans les comptes de la nation, vivent dans des mondes différents. Ils utilisent parfois les mêmes mots, mais avec des sens différents. Les niveaux de connaissance sont évidemment disparates, mais aussi la sensibilité, les repères culturels. Habité par le souci de l’effet de serre, par exemple, le spécialiste négligera d’autres aspects d’un projet auxquels l’usager est très attaché, et le résultat décevra les deux parties.


Construire une maison individuelle, c’est emporter l’adhésion de l’individu

Les politiques venues d’en haut sont perçues comme des contraintes, et les usagers tentent de les minimiser ou de les contourner. L’adhésion, si nécessaire pour la conception d’un projet et sa vie au cours des années, n’est pas au rendez-vous. Préférons les politiques basées sur les envies. Le ménage qui rêve de sa maison n’est peut-être pas conforme au dogme environnemental, mais c’est son choix, et il n’est pas impossible de l’infléchir, de faire en sorte que son projet soit bon pour l’environnement. Il s’agit alors de faire évoluer le modèle de référence. Ceux des élus, maîtres des plans d’urbanisme, ceux des candidats à l’achat d’une maison, ceux des constructeurs, des financeurs et autres professionnels de l’habitat, ceux des administrations.  Les élus ruraux, par exemple, voient souvent les grandes parcelles comme des gages de bonne politique environnementale, alors qu’elles provoquent mécaniquement une forme d’étalement. Cette évolution des modèles, d’ordre culturel, ne s’obtient pas à coup de prescriptions, qui apparaissent souvent comme des injonctions. On n’attrape pas les mouches avec du vinaigre dit la sagesse populaire.

Il s’agit d’entrer dans les modes de penser, de les comprendre et de les accepter, pour pouvoir les enrichir, y ouvrir des perspectives attractives, y introduire des préoccupations nouvelles. Un travail de longue haleine, à conduire avec détermination, mais sans lequel les modèles anciens resteront dominants.


Commentaires

Aucun commentaire actuellement, soyez le premier à participer !

LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
En validant ce formulaire, vous acceptez que les informations saisies soient transmises à l’entreprise concernée dans le strict respect de la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité
Reférencement gratuit

Référencez gratuitement votre société dans l'annuaire

Suggestions

Actions technico-économiques pour éradiquer les étiquettes F & G d’un patrimoine de logements sociaux

Actions technico-économiques pour éradiquer les étiquettes F & G d’un patrimoine de logements sociaux

Les étiquettes énergétiques F et G liées au DPE sont un fléau pour le patrimoine de logements sociaux, au coeur des enjeux du secteur bâtiment. Comment les éradiquer ?


Réseaux de chaleur et de froid urbains

Réseaux de chaleur et de froid urbains

Découvrez les solutions pour les réseaux de chaleur et de froid urbains développées par Wilo.


Rex Résidentiel : démarche durable à Saint Tropez (83)

Rex Résidentiel : démarche durable à Saint Tropez (83)

Thermozyklus présente un retour d'expérience de démarche durable auquel la marque a contribué. En résidentiel à Saint-Tropez


Solutions de rénovation globale de maisons individuelles : les 11 projets de référence « Rénostandard »

Solutions de rénovation globale de maisons individuelles : les 11 projets de référence « Rénostandard »

11 projets de référence Rénostandard sous les lumières du programme PROFEEL et du CSTB : découvrez les solutions de rénovation globale de maisons individuelles


Le parc de logements par classe de performance énergétique

Le parc de logements par classe de performance énergétique

Voici l'état du parc de logements par classe énergétique au 1er janvier 2022 : les DPE tiennent compte de la modification de calcul opérée en 2021.


Retour d’expérience sur 106 maisons rénovées BBC et plus à énergie positive

Retour d’expérience sur 106 maisons rénovées BBC et plus à énergie positive

La rénovation en résidentiel, Enertech, Effinergie, Médiéco et négaWatt en ont démontré toute sa portée en rénovant 106 maisons devenues BBC.


Guide de solutions pour répondre aux exigences de la RE2020

Guide de solutions pour répondre aux exigences de la RE2020

Schneider Electric a conçu un Guide pour répondre aux exigences de la Réglementation Environnementale 2020.


Prendre en compte la qualité de l’air sans pénaliser le bilan énergétique : une priorité

Prendre en compte la qualité de l’air sans pénaliser le bilan énergétique : une priorité

Il est important de prendre en compte la qualité de l’air sans pénaliser le bilan énergétique du bâtiment. Découvrez les solutions Atlantic.


Pompe à chaleur pour répondre à la RE2020 dans les logements collectifs

Pompe à chaleur pour répondre à la RE2020 dans les logements collectifs

Avec la réglementation environnementale RE2020, les pompes à chaleur sont devenues quasiment obligatoire, même pour les logements collectifs.


Montée en compétence des artisans et entreprises partenaires d'Hellio

Montée en compétence des artisans et entreprises partenaires d'Hellio

Hellio oeuvre pour la montée en compétences de ses artisans et entreprises partenaires : découvrez comment !


Rénover les quartiers : un projet ambitieux qui repose sur une démarche politique

Rénover les quartiers : un projet ambitieux qui repose sur une démarche politique

Intéressons-nous à la table ronde qui s'est tenue en Février dernier, organisée par Le CAH, Club de l’Amélioration de l’Habit sur la rénovation des quartiers.


Bilan 2021 et perspectives 2022 des industries CVC en France par UNICLIMA

Bilan 2021 et perspectives 2022 des industries CVC en France par UNICLIMA

Découvrez la tendance dans le mouvement de la transition énergétique et écologique en 2021.


Economies d’énergie et qualité d’air intérieur grâce à la filtration d’air

Economies d’énergie et qualité d’air intérieur grâce à la filtration d’air

Découvrez les solutions afin de prendre soin de la qualité d'air intérieur tout en réalisant des économies d'énergie.


Les industriels du CVC sont-ils prêts pour l'évaluation de l'impact carbone d'un bâtiment ?

Les industriels du CVC sont-ils prêts pour l'évaluation de l'impact carbone d'un bâtiment ?

Depuis plusieurs années, les industriels du secteur CVC se sont engagés dans la démarche PEP.


Réversibilité des bâtiments : des enseignements issus de retour d’expérience

Réversibilité des bâtiments : des enseignements issus de retour d’expérience

La réversibilité des bâtiment est un nouveau mode de conception durable et économique. Les retours d'expérience offrent de nombreux enseignements.