Un projet de nouvelle loi qui pose quelques problèmes ...

22 Septembre 2008

Comme je l'ai indiqué précédemment, à la suite de la "Grande parade du Grenelle de l'Environnement", nous sommes sous le coup d'une nouvelle loi. Une nouvelle loi profondément retouchée par rapport aux textes existants, sans que nous sachions exactement où et comment.

Quelle est votre position face à ce projet de loi ?

Vu le projet actuel on ne peut être optimiste qu'à trois conditions :
- que certains aspects du projet soient corrigés,
- que toutes les mesures prévues - et elles sont nombreuses - soient rapidement mise en place,
- que nous disposions d'outils efficaces et performants pour optimiser nos choix.

Plein de bonnes intentions le projet de loi part de deux constats : " celui des risques liés à la dégradation de l'état de notre planète " et " celui de l'urgence des mesures à prendre ". Ce n'est pas du tout en contradiction avec ce que nous disions depuis de nombreux mois. Reste à savoir si ce qui est prévu sera vraiment réalisable, en particulier sur le plan des coûts. J'ai constaté, avec plaisir, que l'aspect économique n'avait pas échappé aux auteurs du projet, mais j'ai constaté également qu'il était souvent traité avec optimisme et simplification.

N'y-a-t-il donc aucune contrainte valable sur le plan économique ?

Si, il existe bien une telle contrainte, qui est d'ailleurs loin d'être absurde, mais qui est un peu noyée dans le projet, et qui relève - pour le moment - des bonnes intentions. Si celles-ci se traduisent par des actes réels et cohérents, alors les aspects économiques seront correctement pris en compte. Il suffit, simplement, que je cite les termes du projet que j'ai en main. Voici le texte auquel je fais allusion. " Les dispositifs incitatifs économiques et les financements publics consacrés à des investissements de production ou de consommation d'énergie tiendront compte des économies d'énergies réalisées et du temps nécessaire à la rentabilisation des investissements concernés. L'efficience de ces mécanismes et dispositifs sera évaluée notamment au regard de leur coût par rapport au volume d'émission de gaz à effet de serre évité. Les dispositifs incitatifs économiques et les financements publics qui auront pour objet la réduction des émissions de gaz à effet de serre devront être justifiés par référence au coût de la tonne de dioxyde de carbone évitée ". Les intentions sont claires … et relativement nouvelles. A l'avenir de décider ce qu'il en sera. Si vous voulez savoir ce qu'est le " coût du carbone ", sujet sur lequel il nous faudra revenir, les propositions actuelles (décisions du Centre d'Analyses Stratégiques) sont les suivantes :
- en 2030, un coût de 100 euros par tonne de CO2,
- en 2050, un coût de 200 euros par tonne de CO2.

En dehors de ces aspects économiques, peut-on indiquer les traits les plus saillants de la nouvelle loi ?

Notons d'abord qu'au moment de la rédaction de cette lettre, la nouvelle loi n'existe encore qu'à l'état de projet, mais je vois mal comment elle pourrait être contredite par le Parlement. Ceci dit, elle contient des affirmations qui relèvent plus du commentaire que de la loi. Par exemple :

" La France se fixe comme objectif de devenir l'économie la plus efficiente en équivalent carbone de la Communauté européenne d'ici 2020 ". "… est confirmé l'engagement pris par la France de diviser par quatre ses émissions de gaz à effet de serre entre 1990 et 2050, afin de ramener à cette échéance ses émissions annuelles de gaz à effet de serre à un niveau inférieur à 140 millions de tonnes équivalent CO2 ". " Elle (la France) concourra ... à la réalisation de l'objectif d'amélioration de 20% de l'efficacité énergétique de la Communauté européenne et s'engage à porter la part des énergies renouvelables à au moins 20% de sa consommation d'énergie finale d'ici 2020 " etc ...

Ceci dit, la majorité des dispositions sont plus immédiates, et s'insèrent dans un cadre bien précis. La rédaction laisse néanmoins un goût amère. Il est dit, en effet, que " les mesures nationales de lutte contre le changement climatique porteront en priorité sur la baisse de consommation d'énergie des bâtiments ", alors que pour les secteurs des transports et de l'énergie l'objectif est celui de " la réduction des émissions de gaz à effet de serre ". Serait-ce supposer que, dans le cas des bâtiments l'effet de serre sera volontairement oublié. Et que nous reviendrons à l'énergie primaire. Ce qui nous ramènerait très fortement en arrière …

Tout cela est très général, peut-on avoir plus de détails sur les points qui nous intéressent?

J'y reviendrai ultérieurement, car nous aurons - prochainement - à ouvrir de nouveaux horizons.

Roger CADIERGUES


Commentaires

Aucun commentaire actuellement, soyez le premier à participer !

LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
Ce site respecte strictement la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité
Reférencement gratuit

Référencez gratuitement votre société dans l'annuaire

Suggestions

2021 et la Réglementation Environnementale : une année électrochoc ?

2021 et la Réglementation Environnementale : une année électrochoc ?

Suivons l'évolution de la RT 2012 à la future RE 2020, 2021 selon un calendrier mal adapté et incertain.


Rafraîchissement naturel des bâtiments, les solutions adiabatiques

Rafraîchissement naturel des bâtiments, les solutions adiabatiques

Le rafraîchissement adiabatique se base sur un principe naturel de rafraîchissement dû à l'évaporation de l'eau contenu dans l'air chaud.


Gestion énergétique des bâtiments tertiaires et multisites

Gestion énergétique des bâtiments tertiaires  et multisites

En réponse au décret tertiaire et décret BACS pour optimiser la gestion énergétique des bâtiments tertiaires et multisites : solution EMS et comptage électrique communiquant


Chauffage urbain et réseaux de chaleur, solutions multi-énergies

Chauffage urbain et réseaux de chaleur, solutions multi-énergies

Les réseaux de chaleur font partie du Plan Climat et représentent des solutions multi-énergies. Découvrez comment construire ces réseaux ainsi que leur fonctionnement.


Gestion et rénovation des bâtiments tertiaires avec le plan de relance

Gestion et rénovation des bâtiments tertiaires avec le plan de relance

Le plan de relance mis en place suite à la crise sanitaire, économique et sociale du Covid en France a pour objectif d'aller vers la neutralité carbone à l’horizon 2050.


Typologie des contrats d’exploitation en copropriété

Typologie des contrats d’exploitation en copropriété

CEGIBAT dresse une typologie des contrats d'exploitation en copropriété. Découvrez les différentes garanties légales, les postes de facturation ou encore la négociation d'un contrat.


Pistes d’économies en chaufferies vapeur industrielles

Pistes d’économies en chaufferies vapeur industrielles

Cegibat expose des pistes d'économies en chaufferie vapeur industrielles. Découvrez comment optimiser le rendement de combustion, comment récupérer la chaleur sur les fumées, etc.


Chauffage, rafraîchissement et ECS : le confort n’admet pas de « circonstances exceptionnelles »

Chauffage, rafraîchissement et ECS : le confort n’admet pas de « circonstances exceptionnelles »

Avec l'augmentation de la présence au domicile, il devient nécessaire de trouver des solutions à haute efficacité énergétique, notamment en terme de chauffage et rafraîchissement des habitation


ECS collective avec EnR solaire ou pompe à chaleur

ECS collective avec EnR solaire ou pompe à chaleur

La production d'eau chaude sanitaire collective est essentielle car elle correspond à un besoin de confort sanitaire. De Dietrich propose des solutions pour l'ECS.


Biométhane dans les bâtiments : de la production à l’utilisation

Biométhane dans les bâtiments : de la production à l’utilisation

Energie renouvelable désormais incontournable, le biométhane doit être également pensé pour le bâtiment.


Bilan EnerJ-meeting Nantes - Pays de la Loire - Bretagne

Bilan EnerJ-meeting Nantes - Pays de la Loire - Bretagne

Prenons connaissance du bilan de l'édition EnerJ-meeting Nantes 2021 - Pays de la Loire - Bretagne.


Les dérives énergétiques des chaufferies récentes, retours terrain …

Les dérives énergétiques des chaufferies récentes, retours terrain …

Les chaufferies récentes (pac, chaudières à condensation, circulateurs ...) ne répondent parfois pas aux exigences de performance énergétique attendues.


Réglementation RE2020, les textes d’arrêté et décret enfin parus !

Réglementation RE2020, les textes d’arrêté et décret enfin parus !

L'arrêté et le décret RE 2020 sont enfin parus ! XPair vous en présente tous les aspects essentiels !


EnerJ-meeting 2021 : Cette 5 ème édition était des plus attendues !

EnerJ-meeting 2021 : Cette 5 ème édition était des plus attendues !

EnerJ-meeting 2021 a accueilli plus de 2 000 participants décideurs et donneurs d’ordre, instances publiques, prescripteursndans la maîtrise d’ouvrage et la maîtrise d'oeuvre, industriels, ...


Lutte contre les fraudes en rénovation énergétique: mesures renforcées chez Hellio

Lutte contre les fraudes en rénovation énergétique: mesures renforcées chez Hellio

La DGCCRF a présenté un bilan des pratiques réalisées par les établissements lors de rénovation énergétique : la moitié ne sont pas totalement en règle. Hellio lutte de concert contre ces fraudes