Chargement...

Ventilation, habitat et qualité d'air

Mai 2018

APPROCHE TECHNIQUE

Les besoins en ventilation dans l'habitation

lieu clos

L' Homme passe entre 80 et 90 % de son temps en lieu clos
L'Homme respire 26000 fois par jour soit 15 000 litres d’air alors que notre corps:

  • a besoin de 2 litres d’eau par jour
  • peut rester 60 jours sans manger
  • et 5 minutes sans respirer

A cause de la pollution de l’air, chaque européen perd en moyenne 1 année de vie

Le renouvellement de l'air dans les locaux habités est une nécessité qui se justifie suivant les trois besoins suivants :

  • Besoin des occupants : le confort et l'hygiène
  • Besoin du bâti : la pérennité du bâti
  • Besoin des appareils à combustion : la sécurité face aux appareils de combustion

1.1 Le confort et l'hygiène
La respiration des occupants, hommes ou animaux, se traduit par une consommation d'oxygène et un rejet de gaz carbonique. Sans renouvellement d'air, la teneur en oxygène diminue et l'air devient impropre à la respiration.
Toutefois, l'appauvrissement en oxygène n'est pas la seule nécessité du renouvellement d'air. Il permet également l'élimination des odeurs et de l'humidité dégagées par les occupants eux-mêmes ou leurs activités.

1.2 La pérennité du bâti
L'enveloppe d'un habitat est soumise à de multiples sollicitations dont la conjonction peut provoquer des phénomènes physiques indésirables. En particulier la condensation sur la surface intérieure de l'enveloppe, et au sein même des parois, où elle est la plus néfaste. Si elle est fréquente ou permanente, elle peut causer des dégradations de matériaux et faciliter l'apparition de moisissures.

1.3 La sécurité face aux appareils de combustion
Les logements sont souvent équipés d'appareils à combustion qui peuvent assurer la production de chauffage et/ou d'eau chaude sanitaire (ECS). Le renouvellement d'air permet ainsi d'assurer l'alimentation en air comburant des appareils de combustion et de contribuer à la sécurité des personnes face aux émanations de gaz toxiques.

Ces 3 facteurs sont fortement appuyés par les premiers résultats de l'Observatoire de l'Air Intérieur (rapport Avril 2002) qui met en évidence que l'air que nous respirons à l'intérieur des bâtiments est plus pollué que l'air extérieur (activité des occupant, émission de polluants par les matériaux…).

C'est dans ce contexte que les systèmes de ventilation doivent pouvoir apporter des éléments de réponse.

Aération et ventilation

Arrêté du 22 octobre 1969
la ventilation devient générale et permanente
avec balayage de l’air du logement

AERATION

VENTILATION

1969

2006

Composants isolés

Pas de maîtrise
des débits d’air

Systèmes

= complémentarité
des composants

Maîtrise des débits d’air

Les évolutions ont porté principalement sur :


- une ventilation générale et permanente par balayage
- la maîtrise des renouvellements d’air

Principe général :

  • Un apport d’air neuf localisé
  • Une extraction d’air contrôlée
  • Un traitement complet du bâtiment

Objectif :

Participer à l’obtention d’une bonne qualité d’air intérieur (QAI) qui est liée à :

la réduction des sources de pollution + une meilleure qualité de ventilation

Cibles :

Qualité d'air, confort et aspects énergétiques

La ventilation intervient sur les aspects énergétiques du bâtiment : Qualité d’air intérieur (QAI) et Confort pour les occupants (thermique, acoustique…)

FONCTIONS

CONTRAINTES

Nécessite de renouveler l'air pour assurer :

  • le besoin des occupants
  • le besoin du bâti
  • le besoin des appareils á combustion
  • Acoustiques des équipements et/ou des façades
  • Consommations et Déperdition énergétiques
  • Conditions climatiques (vent...)
  • Développement durable (Eco conception)
  • Protection incendie

POURQUOI LA VENTILATION DOIT - ELLE EVOLUER ?

Dans l’attente :

  • d’une imposition contrôle/réception d’installation
  • d’un lot spécifique ventilation

POUR NE PLUS JAMAIS VOIR CELA

La ventilation mécanique contrôlée - VMC

On désigne communément par " ventilation mécanique ", tous les systèmes où les mouvements d'air qui sont assurés par un ou plusieurs ventilateurs aspirant ou soufflant ou, aspirant et soufflant entraîné(s) par un moteur électrique. Elle n'est pas sensible aux variations des conditions climatiques et les dispositifs de réglages permettent à l'occupant de mieux maîtriser le renouvellement d'air de son logement.

L'essor de la VMC se justifie par l'obtention d'une aération générale et permanente bénéficiant d'un débit de renouvellement stable et indépendant des conditions climatiques. De nos jours, plus de 90% des logements neufs sont équipés de ce système. L'air circulant à travers le logement se trouve ainsi renouvelé toutes les 3 heures environ.
C'est dans un contexte contraignant visant à préserver à la fois l'environnement (réduction des dépenses d'énergie) et l'hygiène (Qualité d'Air Intérieur) que les systèmes de ventilation prennent de plus en plus leur importance par la mise en valeur de leur fonctionnement.

Il existe plusieurs variantes de VMC :

La diversité des systèmes de VMC par réduction des débits moyens (modulation et asservissement des débits) laisse apparaître des économies d'énergie liées aux déperditions par renouvellement d'air.

Le Code de la Construction et de l'Habitation regroupe toutes les dispositions réglementaires et, de ce fait, réglemente les contraintes d'ordre acoustique, énergétique et hygiénique.

VMC simple flux

L'air neuf est admis dans les pièces principales par des entrées d'air autoréglables dont le rôle est d'atténuer l'effet du vent pour maintenir constants les débits entrants. Sous l'effet de la dépression générée par le groupe moto-ventilateur (extracteur), l'air traverse le logement transitant des pièces principales vers les pièces les plus polluées par le droit des portes intérieures ou par un détalonnage de ces portes en partie basse.

L'air vicié est évacué par des bouches d'extraction situées dans les pièces de service (cuisine, salle de bain, WC…) et adaptées aux besoins de ces pièces.

Il est bon de noter que :
EN MAISON INDIVIDUELLE :
Le caisson d'extraction se situe généralement dans les combles. La régulation du débit d'air extrait est assurée sur le piquage du groupe d'extraction.

EN LOGEMENT COLLECTIF :
Le caisson d'extraction se situe généralement sur la toiture terrasse ou dans les combles. La régulation du débit d'air extrait est assurée par la bouche d'extraction (exemple : volet rigide régulation..)

La VMC SF est le système le plus répandu du entre autre à un coût moindre comparé aux autres systèmes de VMC.

VMC gaz

La VMC gaz est une déclinaison du système SF car elle permet d'extraire en même temps l'air vicié et les produits de combustion d'une chaudière gaz. Toutefois, la mise en œuvre d'une VMC - gaz nécessite des bouches d'extraction assurant le surcroît de débit à extraire lorsque la chaudière fonctionne ainsi qu'un dispositif de sécurité (interrupteur thermique pour les chaudières classiques ou pressostatiques pour les chaudières à condensation).

EN LOGEMENT COLLECTIF : d'autres dispositifs de sécurité sont à prévoir afin d'éviter un refoulement aux étages supérieurs.

VMC hygroréglable

Le principe général de fonctionnement d'une VMC hygroréglable reste identique à celui d'une VMC simple flux à la différence que le débit total extrait dépend de l'hygrométrie de l'air (humidité de l'air).

Les systèmes hygroréglables font l'objet d'Avis Techniques qui précisent les débits spécifiques moyens à prendre en compte pour le calcul thermique réglementaire. Il existe deux types de ventilation hygroréglable A et B.

Ventilation hygroréglable de type A :
C'est l'association des éléments suivants :

  • Entrées d'air autoréglables dans les pièces principales,
  • Bouches d'extraction hygroréglables dans la cuisine et la salle de bains,
  • Bouches d'extraction à ouverture temporisée dans les WC,
  • Caisson d'extraction compatible.

Ventilation hygroréglable de type B :
C'est l'association des éléments suivants :

  • Entrées d'air hygroréglables dans les pièces principales,
  • Bouches d'extraction hygroréglables dans la cuisine et la salle de bains,
  • Bouches d'extraction à ouverture temporisée dans les WC,
  • Caisson d'extraction compatible.

Remarque : la superposition d'une ventilation hygroréglable et du principe de VMC-gaz existe sous la dénomination VMC hygro-gaz.

VMC double flux

Comme en VMC simple flux l'air vicié est extrait par la cuisine, les salles d'eau et les VMC. L'air neuf est insufflé dans les pièces principales à l'aide d'un deuxième ventilateur par le biais d'un réseau de ventilation et de bouches de soufflage. La VMC double flux présente l'intérêt de pouvoir adjoindre des traitements d'air neuf (filtration, réchauffage, rafraîchissement, humidification…) et en faisant converger les réseaux d'offrir la possibilité de préchauffer l'air neuf par récupération sur l'air extrait à l'aide d'un échangeur à plaques.

Sa faible diffusion s'explique principalement par ses coûts d'investissement, de fonctionnement et de maintenance plus élevés que ceux d'une VMC classique.

Remarque : la VMC double flux-gaz est une variante très performante du point de vue énergétique. Cette technique est nettement plus coûteuse en investissement qu'une VMC SF et son exploitation n'est justifiable que pour les climats froids pour lesquels l'économie de gaz est avantageuse par rapport au surplus de consommation d'électricité nécessaire pour le fonctionnement.

FAQ

Foire aux questions : ventiler la maison, l'habitat,...

Qu'appelle-t-on Avis Technique pour les systèmes hygroréglables ?
Un Avis Technique (Atech) est un document officiel exprimant l'opinion, formulée après expertise de manière neutre et impartiale par un groupe d'experts (Groupe Spécialisé 14 - GS 14), sur l'aptitude à l'emploi d'une catégorie de produits ou composants pouvant être insérés dans l'un des systèmes de ventilation hygroréglable (hygro A ou B).
Pour les systèmes de ventilation hygroréglable, la détention par l'industriel, d'un Atech en cours de validité ( à partir de la date d'enregistrement de l'ATech) lui permet de faire valoir à la fois le respect des exigences réglementaires françaises ainsi que les performances résultantes de l'application dans les règles de l'art. Dans le cas de systèmes de ventilation hygroréglables, l'ATech est nécessaire en raison de l'absence de documents normatifs (normes produits).

A quoi sert une ventilation dans un logement ?
La ventilation dans un logement permet le renouvellement de l'air intérieur pollué ou air vicié (toutes les 3 heures environ), par de l'air neuf. La ventilation est obligatoire car elle permet :

  • d'améliorer la santé et le bien être des occupants
  • la pérennité du bâti
  • la sécurité face aux appareils de combustion

Comment détermine-t-on les débits d'air à mettre en œuvre ?
Les débits d'air à mettre en œuvre dans un logement sont déterminés :

  • Pour les débits d'air entrant (dimensionnement entrées d'air) : DTU 68.1
  • Pour les débits d'air sortant (dimensionnement entre bouches d'extraction) : par les arrêtés du 24 mars 1982 et du 28 octobre 1983 en fonction du type de logement (T2, T3, T4…).

Pour les systèmes de ventilation hygroréglables les ATech prévalent sur les normes et arrêtés.

Comment fonctionnent les entrées d'air et bouches d'extraction autoréglables ?
Les composants autoréglables assurent un débit d'air constant (m³/h) sur une plage de pression (Pa) dite plage de fonctionnement. La régulation est assurée par un volet venant obturer automatiquement la section de passage d'air en fonction de la différence de pression de par et d'autre du composant soit pour :

  • l'entrée d'air entre l'extérieur et l'intérieur du local
  • la bouche d'extraction entre le local et l'intérieur du conduit de raccordement

Ces composants ne se règlent pas manuellement. Dans le cas ou l'on chercherait à modifier les débits d'air entrant ou sortant on risque de déséquilibrer l'installation de ventilation (sifflement) et par la même le taux de renouvellement d'air (apparition de moisissures).

Un système de ventilation peut-il être bruyant ?
Un système de ventilation est dimensionné pour respecter les exigences aérauliques mais aussi acoustique.
Ainsi, un système de ventilation doit être silencieux. Dans le cas ou des nuisances sonores pouvaient subsister, il préférable de contacter un installateur ou un exploitant de contrôle. Ces derniers s'assureront :

  • du respect des performances produits (débit d'air, pression)
  • de la bonne mise en œuvre du réseau aéraulique (étanchéité..)
  • du bon dimensionnement du caisson d'extraction (pression disponible en sortie)

Quelle est la différence entre un simple flux (SF) et un double flux (DF) ?
Le système de ventilation simple flux est le plus simple. Il peut être installé tant en maisons individuelles qu'en logements collectifs. Pour ce qui est du système double flux ses applications se limitent généralement à l'habitat individuel.
Outre l'application, la véritable différence réside dans leur fonctionnement.
Le SF est un système dans lequel intervient une circulation d'air entre les pièces principales et les pièces de service. L'air véhiculé entre par des entrées d'air en façade et est extrait mécaniquement par les bouches d'extraction.
Dans le cas d'un DF l'air neuf est soufflé mécaniquement. Ce fonctionnement permet une filtration de l'air neuf et dans certains cas une récupération des calories extraites. Cependant, l'utilisation de 2 moto-ventilateurs engendre une augmentation des consommations électriques ainsi qu'un coût d'achat et de mise en œuvre plus important.

Quelle est la différence entre une ventilation hygro A et hygro B ?
Les 2 systèmes se composent de bouches d'extraction hygroréglables (à débit variable en fonction du taux d'humidité dans l'air). Le système hygro A se compose d'entrées d'air autoréglables alors que pour le système hygro B elles sont hygroréglables.

Peut-on ventiler un logement climatisé en hygro A?
Contrairement au système hygroréglable de type B, l'hygro A est autorisé à l'installation en présence de système de climatisation.

Un système de ventilation hygroréglable gaz existe-t-il ?
Un tel système existe. Il se compose d'entrées d'air autoréglables (pour toutes les configurations) ou hygroréglables (pour les configurations T5 et +), de bouches d'extraction thermoréglables en cuisine, de bouches d'extraction hygroréglables en salle de bains et de bouches d'extraction à ouverture temporisée en salles d'eau et WC.

La VMC est-elle une source de gaspillage ?
Si la VMC est mal adaptée à l'habitat, aux besoins de ses occupants ou bien même dépassée elle peut être source de gaspillage d'énergie. De plus, elle demande un entretien annuel ainsi qu'une vérification de son bon fonctionnement.

Peut-on raccorder une hotte aspirante aux conduits de VMC ?
Non, il est interdit de raccorder une hotte motorisée sur le réseau de VMC (arrêté du 24 mars 1982). Celle-ci doit fonctionner en recyclage, si l'appareil le permet.

Quelles sont les opérations d'entretien d'une VMC ainsi que leur périodicité ?

Opérations d'entretien

Maison individuelle

Logement collectif

VMC

VMC GAZ

  • Conformité du système
  • Débits d'extraction
  • Changement de la courroie ventilateur

non

1 fois/an

1 fois/an

  • Nettoyage complet et remplacement si nécessaire du ventilateur

Tous les 5 ans

Tous les 3 ans

1 fois/an

  • Contrôle et réglage global de l'installation

non

Tous les 5 ans

Tous les 5 ans

  • Vérification des Sécurité Gaz en totalité sur chaque chaudière (DSC)

non

-

Tous les 5 ans

ASPECTS REGLEMENTAIRES

La réglementation thermique RT 2012

Le système de ventilation mis à nu pour la RT 2012 :

système de ventilation

La RT 2012 s’applique à tous les projets dont le dépôt de permis de construire est postérieur au 1er septembre 2013

La RT 2012 est applicable d’une manière générale à tout type de bâtiment neuf (habitat et tertiaire).

DTU 68.3 - NORME XP50-410

Le Document Technique Unifié (DTU) définit les critères de conception et de dimensionnement des installations de ventilation mécanique contrôlée (VMC et VMC gaz) dans les bâtiments d'habitation et permet le calcul d'installation permettant d'assurer une ventilation des logements conforme aux exigences de la réglementation française.

Les entrées d'air neuf

  • L'ensemble des entrées d'air (plus accessoires) en ventilation mécanique est caractérisé par son débit sous une différence de pression de 20 Pa (Module : M).
  • Dn,ew + C : isolement acoustique de l'entrée d'air.
  • Le percement des menuiserie effectué lors de la fabrication assure la conformité des caractéristiques précédentes.
  • Dimensionnement des entrées d'air d'un logement calculé pour une dépression DP £ 20 Pa au débit d'air maximal QM.

En première approche :DP = 10 Pa en ventilation naturelle et S >= 1.4 x QM - Qf
DP = 20 Pa en ventilation mécanique et S £ QM - Qf
avec S : Somme des modules des entrées d'air présentes dans le logement
QM : Débit d'air maximun extrait du logement (Cf arrêté du 24 Mars 1982)
Qf : Débit de fuite sous 20 Pa du logement.


Nombre de pièces principales

1

2

3

4

5

6

7

Valeurs de Qf (M3/h)

Immeubles collectifs

20

30

40

50

60

70

80

Maisons individuelles

30

45

60

75

90

105

120

  • Une entrée d'air minimun dans chaque pièce principale.
  • Débit minimun des entrées d'air par pièce principale : 22 m³/h sous 20 Pa - 30 m³/h sous 10 Pa
  • On notera que si on choisit 10 Pascals pour le dimensionnement des entrées d'air, cela implique qu'on augmente le nombre d'entrées d'air de 50 %.
  • Jamais d'entrées d'air dans les pièces de service dans le cas d'une ventilation classique.
  • Dimensionnement des entrées d'air :

Nombre de pièces principales

Débit total maximal extrait (m3/h)

Arrêtés de 82 et 83

Somme des modules dans chaque pièce principale

1er cas: différence de pression maximale: 10 Pa

2ème cas: différence de pression maximale: 20 Pa

Séjour

Autre pièce principale

Séjour

Autre pièce principale

1

90

105

130*

110

135

150

sans objet

90

90

120

sans objet

2

120

130*

90

105

60

60

60

60

30

45

3

150

90

45

60

30

4

180

90

45

45

30

5

210

90

45

45

30

6

210

90

30

45

22

7

225

60

30

45

22

* Ces valeurs correspondent à la présence d'un appariel à gaz raccordé de puissance 23kW

  • Disposition des entrées d'air :
    • Protection contre les courants d'air génants.
    • Les entrées d'air sont disposées en partie haute du local
    • Eviter la pénétration d'eau à l'intérieur du logement
    • Tout percement des menuiseries sur chantier est exclu
  • Cas particulier des entrées d'air asservies (se reporter aux Avis Techniques) :

La circulation d'air se fait des pièces principales vers les pièces de service par l'intermédiaire des passages de transit.

Principe de réalisation du passage de transit.

Portes intérieures desservant une salle d'eau équipée d'un appareil à gaz raccordé ou une cuisine.

Portes intérieures desservant des pièces principales équipées d'entrées d'air de module inférieur ou égal à 30, ou une salle d'eau sans appareil gaz raccordé.

Grille de transit

Module 200

Non employée

Passage d'air en partie supérieure ou inférieure de la porte de hauteur e sans changement de direction de l'écoulement.

Local desservi par:

- 2 portes: e=1 cm

- 1 porte: e=2 cm

e=1 cm, quel que soit le nombre de portes.

Les bouches d'extraction

  • Disposition des bouches d'extraction :
    • accessibles et déposables afin d'en permettre le nettoyage et l'entretien
    • distantes d'au moins 10 cm des angles des parois
    • bouches équipées d'une cordelette disposées de façon à permettre une manoeuvre aisée du dispositif de commande. Elles ne peuvent être disposées au-dessus d'un auvent (porte ou baie) ou d'un passage ou d'un appareil à gaz raccordé.
  • Plusieurs bouches d'extraction peuvent être raccordées sur un même conduit à condition qu'elles desservent le même logement.
  • Bouches d'extraction gaz conforment à la norme NF E 51-711.
  • Bouches d'extraction (non gaz) conforment à la norme NF E 51 - 713.
  • Bouches hygroréglables conforment à un avis techniques.
  • Bouche caractérisée par :
    • son débit nominal (m³/h). Dans le cas d'une bouche à plusieurs débits, on retient le plus grand de ces débits. Il est bon de noter que les débits nominaux doivent être supérieurs ou égaux aux valeurs fixées par la réglementation en vigueur.
    • ses limites d'utilisation en pression (en Pa) correspondant à la plus grande plage à l'intérieur de laquelle, il y a respect des exigences acoustiques et aérauliques
    • son isolement acoustique (Dn,ew +C)
    • son niveau de puissance acoustique (Lw)
  • Dimensionnement des bouches :

Nombre de pièces principales du logement

Débits extraits exprimés en m3/h

Cuisine

Salle de bains ou de douches commune ou non avec un cabinet d'aisance

Autre salle d'eau

Cabinet d'aisance

Unique

Multiple

1

2

3

4

5 et plus

75

90

105

120

135

15

15

30

30

30

15

15

15

15

15

15

15

15

30

30

15

15

15

15

15

Des dispositifs individuels de réglage peuvent permettre de réduire les débits définis ci-dessus, sous les conditions suivantes :

Nombre de pièces principales

1

2

3

4

5

6

7>

Débit total minimal en m³/h

35

60

75

90

105

120

135

Débit minimal en cuisine en m³/h

20

30

45

45

45

45

45

L'extracteur d'air

Il doit être adapté en débit et en pression à l'installation.

Les réseaux de gaines

  • La vitesse de l'air est limitée à 6 m/s pour les conduits horizontaux et à 5 m/s pour les conduits verticaux.
  • Le taux de fuite du réseau de gaines est considéré égal à 10 % du débit maxi de chaque bouche.
  • Le calcul des pertes de charge linéaire est issu de l'application de la relation de Colebrook, que l'on doit augmenter des pertes de charges singulières (coudes, changements de diamètres, tés...).

L'arrêté du 24 mars 1982 et du 28 octobre 1983

Ces arrêtés précisent les modalités d'application de l'article R.111.9, du code de la construction et de l'habitation, qui lui même spécifie les débits entrants et sortants à mettre en oeuvre afin de renouveler suffisamment l'air des locaux. Ce renouvellement d'air peut être réalisé de manière naturelle ou mécanique.

Les principaux volets de ces arrêtés :

  • L'aération est générale et permanente au moins pendant la période de chauffage (fenêtres généralement fermées)
  • Circulation d'air des pièces principales vers les pièces de service
  • Entrées d'air dans chaque pièce principale
  • Positionnement des entrées d'air de manière à éviter tout inconfort
  • Entrée d'air non obturable
  • Entretien possible des entrées et sorties d'air
  • Cas des appareils à combustion dans le logement : ventilation suffisante pour assurer les débits de fonctionnement
  • Rejet d'air en toiture interdisant tout refoulement vers les logements.
  • En cas de panne de l'extracteur, arrêt des appareils de combustion raccordés à la VMC
  • Interdiction de raccorder à la VMC, une hotte de cuisine équipée d'un ventilateur
  • Les dispositifs de ventilation doivent pouvoir extraire les débits indiqués dans le tableau suivant :

Débit à extraire en petite vitesse (m³/h)

Débit à extraire en grande vitesse (m³/h)

Nombre de pièces principales du logement

Global mini

Cuisine mini

Cuisine maxi

Salle de bains ou de douches communes ou non avec cabinet d'aisance

Autres salles d'eau

Cabinet d'aisances

Unique

Multiple

1

35

20

75

15

15

15

15

2

60

30

90

15

15

15

15

3

75

45

105

30

15

15

15

4

90

45

120

30

15

30

15

5

105

45

135

30

15

30

15

6

120

45

135

30

15

30

15

7

135

45

135

30

15

30

15

L'arrêté du 28/10/83 modifiant l'arrêté du 24/03/82 autorise une réduction du débit global minimum extrait pour les systèmes asservis (voir les systèmes hygroréglables).

Nombre de pièces principales

1

2

3

4

5

6

7

Débit total minimal en m³/h

10

10

15

20

25

30

35

DTU 68.3, norme d'application

Le présent cahier des clauses techniques (CCT) définit les conditions d'exécution des installations d'extraction mécanique d'air vicié dans les bâtiments à usage d'habitation, tant en construction neuve quand réhabilitation ou rénovation.

La nouvelle réglementation acoustique - NRA

La NRA est relative aux caractéristiques acoustiques des bâtiments d'habitation.

L'arrêté du 30 juin 1999 est relatif aux modalités d'application de la réglementation acoustique.

Les principes de la NRA

Ce document définit les limites acoustiques (isolement acoustique Dn,ew+C et l'isolement acoustique standardisé pondéré DnT,A - niveau de pression acoustique Lp - niveau de puissance acoustique Lw...).

Les dispositions du présent arrêté sont applicables à tout bâtiment d'habitation ayant fait l'objet d'une demande de permis de construire ou d'une déclaration de travaux relative aux surélévations de bâtiments d'habitation anciens et aux additions à de tels bâtiments, déposée à compter du 1er janvier 2000 (Art.8 de l'arrêté du 30 juin 1999).

  • Article 2 : Il prévoit les exigences relatives aux bruits aériens intérieurs au bâtiment.

  • Article 6 : Niveau de pression acoustique normalisé à débit mini
    LnAT£ 30 dB(A) dans les pèces principales
    LnAT£ 35 dB(A) dans les cuisines

  • Article 7 : L'isolement acoustique standardisé pondéré contre les bruits extérieurs
    DnT,A,tr £30 dB(A)

dans les pièces principales et les cuisines, vis à vis d'un bruit routier à l'émission.

Les exemples de solutions acoustiques

Le document " Exemples de solutions ", réédité par le CSTB, est un guide d'aide à la conception qui n'a pas de caractère réglementaire. Il offre des propositions de réponses non obligatoires aux exigences des articles 6 et 7 de la NRA, tout en s'assurant que celles-ci conduisent, dans tous les cas à une mise en conformité.

La qualité acoustique des produits (ou systèmes) est appréciée sur une échelle de classes de performances croissantes ESA1, ESA2, ESA3, ESA4, ESA5, ESA6.

ESA4 étant le seuil de classe offrant une qualité acoustique suffisante.

Bouches d'extraction :
Les performances acoustiques des bouches se traduisent par l'isolement acoustique normalisé Dn,e,w + C en dB et par le niveau de puissance acoustique Lw en dB(A) et résultent d'une mesure en laboratoire.

Les exigences relatives à l'installation sont de 2 sortes :

  • Une exigence définie soit sur la dépression totale dans le caisson du motoventilateur extracteur qui doit être inférieure à 220 Pa soit sur la vitesse périphérique de la roue qui doit être inférieure à 12,5 m/s.
  • Une exigence sur les niveaux ESA+ qui peuvent être atteints en ajoutant un accessoire acoustique (silencieux, manchon acoustique) à une bouche ESA, ou directement par une bouche plus performante.

La définition des classes acoustiques s'établit en tenant compte de plusieurs critères tels que définis par le tableau ci-dessous :

Type de cuisine

Collecteur commun à deux cuisines superposées

Collecteur f 315 mm ou plus

Collecteur f 200 ou 250 mm

Cuisine fermée

S 10 m²

S > 10 m²

Bouche ESA 5

Bouche ESA 4

Bouche ESA 5+

Bouche ESA 4+

Cuisine ouverte sur séjour

S < 20 m²

20 S < 30 m²

S 30 m²

Bouche ESA 6

Bouche ESA 5

Bouche ESA 4

Bouche ESA 6+

Bouche ESA 5+

Bouche ESA 4+

Les performances considérées dans le tableau ci-dessous, permettant de définir les exigences de chacune des classes, sont les valeurs maximales et minimales sur la plage d'utilisation faisant l'objet de la certification ou de l'essai type.

Dn,ew+C (dB)

Lw(dB(A))

Classe

Certification

Essai de type de moins de 10 ans

Certification

Essai de type de moins de 10 ans

ESA 4

55

57

38

36

ESA 5

55

57

36

34

ESA 6

59

61

34

32

ESA 4+

58

60

38

36

ESA 5+

58

60

36

34

ESA 6+

62

64

34

32

Entrées d'air :

Les performances acoustiques des entrées d'air se traduisent par l'isolement acoustique normalisé Dn,ew (Ctr) en dB et résultent d'une mesure en laboratoire.

Pour un classement de façade à 30dBA, la performance des entrées d'air à mettre en oeuvre dépend de la surface du local dans lequel sont placées la ou les entrées d'air :

  • si surface du local en m² divisée par le nombre d'entrée d'air 10, classe ESA 4.
  • si surface du local en m² divisée par le nombre d'entrée d'air < 10, classe ESA 5.

 

Certification NF " Entrées d'air "

Essai de type de moins de 10 ans

ESA 4

39 > Dn,ew + Ctr 36 dB

41 > Dn,e,w + Ctr 38 dB

ESA 5

Dn,ew + Ctr 39 dB

Dn,e,w + Ctr 41 dB

Pour des isolements de façade supérieurs à 30 dB, il convient de mettre en œuvre soit des entrées d'air avec éléments acoustiques de performances supérieures, soit des silencieux plus performants.

La réglementation thermique et les systèmes de ventilation

Un bref rappel historique sur les réglementations énergétiques dans les bâtiments neufs

Rappel historique sur les réglementations énergétiques dans les bâtiments neufs

Les nouvelles règles Th C-E - Quelles consommations ?

RT 2000 RT 2005 / 2012
Chauffage Chauffage
Ventilation Ventilation
ECS ECS
Eclairage en non résidentiel Eclairage pour tous les bâtiments
Refroidissement

Références – systèmes de ventilation

Art 21 à 24

Art 22 - Habitat :

  • SMea = 0,9 Qmax résultant des Règlementations d'Hygiène (RH)
  • Qextrait = Qmax résultant des RH x Cd (1,1) x Cfres (1,05)
  • Bouche cuisine à deux débits avec dispositif manuel de gestion du débit.
  • Pventref = 0,25 W/(m³/h) ou 0,40 W/(m³/h) si muni d'un filtre de classe F5 à F9
  • Les puissances sont calculées pour les débits d'hygiène majorée de 10 %

Art 24 - Tertiaire :

  • Qsouff = Qextrait = Qmin résultant des RH x Cd (1,25) x Cfres (1,05)
  • Pour locaux en occupation intermittente (ex : Salle de réunions…). Coefficient de réduction des débits Crdnr de référence = 0,5
  • Pventref = 0,30 W/(m³/h) ou 0,45 W/(m³/h) si muni d'un filtre de classe F5 à F9
  • Les puissances sont calculées pour les débits d'hygiènes majorés de 10 %

Réglementation VMC gaz

La sécurité des installations de VMC GAZ induit le fait que les chaudières à gaz raccordées à la VMC doivent s’arrêter de fonctionner en cas d’arrêt de l’extracteur. Elles doivent ainsi répondre à deux exigences de sécurité :

la sécurité individuelle : elle fait partie intégrante de l’appareil, et est mise en place par le constructeur. Elle garantie le risque individuel de refoulement des produits de combustion dans le local où est installé l’appareil. Le dispositif le plus utilisé pour les générateurs classiques (chaudières et chauffe-bains) est le klixon (détecteur thermique). Il met le générateur en sécurité lorsqu’il il y a refoulement des produits de combustion dans le logement. il est placé dans le coupe-tirage, généralement en partie haute.

la sécurité collective : ce dispositif vient en complément de la sécurité individuelle. sa mise en place est liée au risque que peut constituer le tirage naturel. En effet, lorsque l’extracteur est arrêté suite  à un incident, le risque de remise en marche des générateurs est d’autant plus grand que la hauteur de l’immeuble est importante, et que la différence de température entre l’intérieur et l’extérieur du logement est grande (tirage thermique important). Le DSC (dispositif de sécurité collective) comprend les éléments suivants :

  • Un détecteur de défaut d’extraction
  • Un système de transmission d’ordre
  • Un organe assurant la mise à l’arrêt de chaque chaudière
  • Un dispositif de signalisation de cet arrêt

ATTENTION :
La mise en place du DSC est obligatoire pour toutes les installations de VMC gaz postérieures au 31 juillet 1989 (arrêté du 30 mai 1989). Les installations antérieures à cette date doivent être soumises à un test vérifiant l’arrêt des chaudières en cas d’arrêt de l’extracteur. Si le test est négatif, il faut équiper la VMC gaz du DSC.

REGLES ET OUTILS DE CONCEPTION ET DE REALISATION

Les étapes d'une étude VMC en habitat collectif

Lecture du CCTP (Cahier des Clauses Techniques Particulières)

  • Choix du type de ventilation: autoréglable ou hygroréglable.
  • Classement acoustique des façades.

Ouverture des plans
A partir des plans par étage de l'immeuble collectif étudié:

  • Repérer la taille des logements (nombre de pièces principales)
  • Repérer les gaines techniques.

Sur chaque plan d'étage:

  • Noter les piquages sur les conduits (on ne peut raccorder sur un même conduit, 2 pièces techniques faisant parties de 2 logements différents).
  • Noter sur ces piquages les débits d'extraction correspondants ( selon la réglementation de ventilation de mars 1982).
  • Noter les entrées d'air.

Elévation schématique

  • Noter les repères de chaque colonne d'extraction.
  • Noter, à chaque étage, les piquages avec les débits d'extraction correspondants.
  • Noter les dévoiements ainsi que les longueurs de gaines et les nombres de coudes qu'ils nécessitent.
  • Noter les parasitages de gaines.
  • Noter les longueurs de trainasses utilisées.
  • Pour chaque colonne, calculer le débit d'extraction total (mini et maxi).
  • Déterminer le diamètre des conduits pour une vitesse de l'air maximale de 4 m/s.

Plan de terrasse

  • Tracer le réseau terrasse.
  • Déterminer le diamètre des conduits pour une vitesse de l'air maximale de 5 m/s.
  • Déterminer le débit d'extraction total de l'installation.

Calcul des pertes de charges
Calculer les pertes de charges de la bouche la plus défavorisée aérauliquement :

  • La plus loin de l'extracteur
  • Dont la gaine est la plus accidentée (dévoiements...)
  • Dont le débit dans le conduit est le plus important.

Rappel sur le calcul des pertes de charge
La perte de charge entre deux points est rapportée à la pression dynamique existant en l'un ou l'autre de ces points. La valeur de ce rapport est un nombre sans dimension appelé " coefficient de perte de charge " désigné par la lettre x. Ainsi :
Avec : x: coefficient de perte de charge entre deux points
DP : perte de charge entre deux points (Pa)
r : masse volumique du fluide (kg/m³)
V : vitesse moyenne dans la section (m/s)
Pour une conduite cylindrique droite de diamètre D (en m), et pour une distance L (en m) entre deux points, on pose :
DP = x image r V²
La perte de charge d'un conduit cylindrique rectiligne DP a pour expression :
x = l image2
qui définit un nouveau coefficient l sans dimension.
La valeur du coefficient l sans dimension.
La valeur du coefficient l dépend du nombre de Reynolds et de la rugosité relative e/D du conduit, e désignant la hauteur moyenne des aspérités.
Le nombre de Reynolds s'exprime par la relation :
Re = image3
Avec : v : vitesse moyenne dans la section droite d'un conduit (m/s),
D : diamètre du conduit (m)
n : viscosité cinématique du fluide (environ 1.5.10-5 m²/s aux conditions normales)
Détermination du coefficient de perte de charge linéique l :
Si ce coefficient peut être calculé facilement pour des écoulements laminaires (faible Reynolds donc faible vitesse) :
l = image4
il s'exprime de manière plus complexe pour les écoulements turbulents généralement rencontrés en ventilation.
La formule la plus connue , dite de COLEBROOK est :
image5
Les pertes de charges singulières :
Le coefficient x relatif aux pertes de charges singulières est défini par différents abaques ( se référer au Recknagel - ouvrage aéraulique)

Détermination de l'extracteur

  • Sélectionner le ventilateur à partir du débit total d'extraction de l'installation ( sans oublier le débit de fuite ) et de la perte de charge totale de la bouche la plus défavorisée.
  • Vérifier qu'au débit d'extraction minimal, la perte de charge de la bouche est bien située dans sa plage de fonctionnement (50 -150 Pa pour les bouches Alizé autoréglables et 80 -160 Pa pour les Alizé hygroréglables).

Détermination de la liste de matériel

  • Réseau de gaines verticales: longueurs de gaines et accessoires ( collecteurs ou piquages, bouchons, raccords mâles, fourreaux ...)
  • Colliers
  • Gaines flexibles: Flexalu (60cm par bouches + ténasses < 2m)
  • Mastique et bande adhésive
  • Bouches d'extraction et manchettes
  • Entrées d'air et capuchons de facade
  • Réseau de gaines horizontales: longueurs de gaines, souches de haut de gaine ou té blackson et accessoires ( coudes, piquages, réductions, registres, raccords mâles et colliers)
  • Extracteur
  • Protection incendie

Logiciel de calcul d'installation VMC

Logiciel OPTIMA 3D

Logiciel OPTIMA 3D

Elaboré en collaboration avec BBS SLAMA, OPTIMA VMC est un logiciel d'assistance à la conception et au dimensionnement des réseaux de VMC en habitat collectif.
Il accompagne le travail de l'expert dans l'élaboration du dossier technique pour l'aide à l'installation.
Idéal pour les bureaux d'études thermiques, services techniques, installateurs, professionnels de la ventilation, experts aérauliques & acoustiques ...
Gestion du projet :
- Archivage et récupération de données
- Définition graphique du projet en 3D

Etude des bâtiments :
- Respect de la qualité d'air intérieur suivant préconisations constructeurs et réglementations
- Optimisation du dimensionnement et des pertes de charge du réseau aéraulique en VMC
- Module acoustique (isolement de façades etacoustique bouches)
- saisie graphique en 3D des colonnes et du réseau terrasse

Logiciel PUISSANCE VMC

Puissance VMC est une application développée par ANJOS en collaboration avec 7 industriels français spécialisés dans la fabrication de matériels de ventilation. Cette application vient en complément des logiciels de dimensionnement des installations de ventilation et des logiciels de calculs thermiques. Puissance VMC permet le calcul de la puissance absorbée des caissons de ventilation en W-ThC selon les règles Th-C en vigueur.

Deux façons possibles d'utiliser Puissance VMC :
- Une application windows en local
- Une application web

Deux possibilités d'effectuer le calcul de la puissance :
- Pré-dimensionnement du projet par saisie du type de ventilation (Auto, hygro, ...) et des configurations de logements (ex: T1, T2, ...)
- Saisie directe des débits

Calcul de la puissance :
- Tri des caissons par fabricant
- Calcul de la puissance RT 2012
- Edition des courbes Débits/pressions et puissances/ pressions
- Edition d'un rapport complet

Logiciel de dimensionnement et de sélection multi-marques

Développé dans un contexte d'évolution des réglementations énergétiques (RT 2005, DPE...), et élaboré en partenariat avec l'ensemble de ses distributeurs fabricants, "PUISSANCE VMC" est la base la plus complète d'informations (fiches techniques, Avis Techniques...) sur les caissons d'extractions VMC pour logements d'habitations collectifs (environ 250 caissons).

Convivial et simple d'utilisation, il vous apportera une connaissance nouvelle sur les produits de ventilation et vous permettra d'établir rapidement :

  • Un pré dimensionnement du système de ventilation en fonction des configurations de logement retenues
  • Une sélection judicieuse de caissons par marque
  • Un calcul automatique de la puissance RT
  • L'édition d'un rapport spécifique (définition projet, courbes, puissance RT...) qui accompagnera tout dossier

Pour vous procurer ce logiciel un cadre d'actions est à votre disposition en haut à droite de cette page.

LES PRODUITS RECOMMANDES

Nouveau : silencieux et entrées d'air

En rénovation, suite au remplacement des ouvrants, la mise en œuvre des entrées d’air d’une VMC pose souvent le problème de l’acoustique.  Même dans le neuf, selon le classement de façade et l’exposition au bruit extérieur, les entrées d’air doivent être traitées sur le plan acoustique.
Avec des performances exceptionnelles en acoustique, les entrées d’air équipées de silencieux SRT+ permettent de répondre simplement à la réglementation thermique RT 2012 et à la réglementation acoustique NRA.>

  • Ces silencieux répondent aux exigences de classement de façade 48 à 51 dB(A) !!
  • Ils s’adaptent avec des entrées d’air autoréglables ou hygroréglables pour des constructions BBC !
  • La mise en œuvre est simple dans le doublage isolant.
  • Ces silencieux s’adaptent tant en construction neuve qu’en rénovation.
  • Leurs caractéristiques aérauliques et acoustiques font l'objet d'un PV CETIAT.

SRT : silencieux pour entrées d'air hygroréglables et autoréglables

Silencieux pour entrées d'air hygroréglables et autoréglables

Les silencieux de traversée de mur SRT sont utilisés dans le cadre d'installations de ventilation mécaniques.
Le silencieux SRT 30/54 est à associer à des entrées d'air autoréglables de type M-G 22 ou M-G 30
Le silencieux SRT 45/51 est à associer à des entrées d'air autoréglables de type M-G 45 ou à des entrées d'air hygroréglables de type AERA HY

Silencieux conçus pour un montage en isolation intérieure, réalisés entièrement en tôle
Montage horizontal ou vertical dans tous les doublages - Réservation dans le mur de Ø125 mm

Plus d'infos sur le SRT

ANJOS VENTILATION

Télécharger le dossier

Contact Direct


Envoyer
En validant ce formulaire, vous acceptez que les informations saisies soient transmises à l’entreprise concernée dans le strict respect de la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité

Visiter notre site web

Voir la fiche société

Nos coordonnées