Chargement...

Mesure des gaz de combustion

Novembre 2018

APPROCHE GLOBALE

La combustion, qu’est-ce-que c’est ?

combustion tirage dépression

C’est une réaction chimique, à température élevée entre un combustible qui contient essentiellement du carbone, de l’hydrogène, parfois du soufre, et de l’oxygène apporté par un comburant généralement de l’air.

Combustion neutre

  • Combustion neutre (ou stœchiométrique): c’est une combustion complète sans excès ou défaut d’air.

  • Rendement maximal

  • Le pouvoir comburivore, fumigène, et la teneur en CO2 caractérisent cette combustion.

Éléments des gaz de combustion Éléments des gaz de combustion

Combustion de 1m³ de gaz naturel

Combustion de 1m³ de propane

Pouvoir comburivore


  • Pouvoir comburivore : quantité d’air nécessaire à la combustion neutre d’un kilogramme de combustible solide ou liquide, ou d’un m³ de gaz (à 0°C, 760 mm de Hg).


Pouvoir fumigène


  • Pouvoir fumigène : poids ou volume dégagés par la combustion neutre d’un kilogramme de combustible solide ou liquide, ou d’un m³ de gaz (à 0°C, 760 mm de Hg).


Combustion réductrice


  • Combustion réductrice : c’est une combustion incomplète par défaut d’air.
  • Présence d’imbrûlés gazeux comme le CO qui diminue le rendement de combustion.
  • Pas d’oxygène libre


Combustion oxydante


  • Combustion oxydante : combustion complète réalisée avec excès d’air.
  • Présence d’oxygène libre
  • L’excès d’air doit être suffisant pour éviter les imbrûlés, mais pas trop important contre les pertes sensibles à la cheminée.

Ce qu’il faut retenir

L’excès d’air doit rester faible car :
- l’air devant être brûlé doit monter en température, donc « consomme de l’énergie »
- l’air réduira la concentration en CO2
- mais augmentera la quantité de fumées

Zone optimale de fonctionnement / réglage de combustion

Zone optimale de fonctionnement

Comparatif des PCI et CO2 par combustible

Fioul domestique

PCI = 10,08 kWh/l

Emission de CO2 : 0,312 en kg/kWh

Gaz naturel

PCI =10,42 kWh/m³

Emission de CO2 : 0,200 en kg/kWh

Propane

PCI =12,90 kWh/kg

Emission de CO2 : 0,240 en kg/kWh

Cas de la combustion de la chaudière à condensation

PCS = Pouvoir Calorifique Supérieur. C'est la quantité de chaleur exprimée en kWh ou MJ, qui serait dégagée par la combustion complète de 1 m³ normal de gaz. L'eau formée pendant la combustion étant ramenée à l'état liquide et les autres produits étant à l'état gazeux.

PCI = Pouvoir Calorifique Inférieur. Il se calcule en déduisant par convention du PCS la chaleur de condensation (2511 kJ/kg) de l'eau formée au cours de la combustion et éventuellement de l'eau contenue dans le combustible.

Chaleur latente de vaporisation. La combustion d'un produit génère, entre autres, de l'eau à l'état de vapeur. Pour la vaporisation de 1 kg d'eau, 2511 kJ/kg sont nécessaires. Cette énergie se perd avec les gaz de combustion évacués par la cheminée à moins de condenser la vapeur d'eau et d'essayer de récupérer la chaleur s'y étant accumulée. Certaines techniques permettent de récupérer la quantité de chaleur contenue dans cette eau de combustion en la condensant (chaudières à condensation).

PCS = PCI + Chaleur latente d'évaporation

Sur les chaudières à condensation, les rendements supérieurs à 100% sont dus au calcul sur PCI.
Les analyseurs testo intègrent automatiquement le gain d’énergie lié à la récupération sur la chaleur latente.

Eléments des gaz de combustion N2, CO2, O2, CO, NOx, CxHy, suie, poussières, …

Azote (N2)
L’azote est un gaz incolore, inodore et sans saveur , qui ne prend pas part à la combustion. C’est un gaz neutre pour la combustion, il est évacué de l’installation après avoir été réchauffé.

Valeur type dans les gaz de combustion:
Chaudière gaz ou fioul : 78% - 80%

Dioxyde de carbone CO2
Le dioxyde de carbone est un gaz incolore, inodore, avec un goût légèrement aigre. A partir de la concentration en CO2, la qualité de la combustion peut-être approximativement estimée. Lorsque l’excès d’air est le pIus faible (combustion complète), la concentration en CO2 est maximale, le rendement est optimal.


Combustion en excès d’air > 1

Oxygène (O2)
L'oxygène de l'air se lie en partie à l'hydrogène (H2) du combustible pour former de l'eau (H2O). Selon la température des gaz, cette eau existe sous forme de condensat ou à l’état de vapeur. La mesure de l’oxygène dans les gaz permet l’estimation du rendement de combustion et du dioxyde de carbone CO2.

Valeurs types dans les gaz de combustion:
Chaudières fioul: 2%-5%
Chaudières gaz: 2%-6%

Monoxyde de carbone (CO)
Le monoxyde de carbone (CO) est issu d ’une combustion incomplète des énergies gaz, fuel, bois, charbon, pétrole...





Combustion en défaut d‘air < 1





Effets du CO sur l’être humain en fonction de la durée d’exposition






CO ambiant - Conséquences du CO sur le corps humain











Véhicules à moteur fonctionnant dans des locaux non ventilés



Absence - insuffisance - obturation d’amenée d ’air neuf



Vétusté des appareils - mauvais entretien - mauvais réglage



Encrassement - obturation du conduit d’évacuation

La mesure du CO ambiant permet de sécuriser vos clients, vous même ou vos techniciens en les prévenant de toute présence toxique de CO.

0,16% CO ( 1600 ppm ) pendant 2 heures entraîne la mort.

NOx
Les molécules de NO2 et NO rencontrées dans les gaz de combustion sont des Oxydes d’azote représentées sous le terme générique de NOx.
Les oxydes d’azote sont présents dans tous les processus de combustion utilisant des combustibles fossiles.

En présence de températures élevées, l’azote présent dans l’air et le combustible se lie à l’oxygène pour former du dioxyde d’azote, gaz gravement dangereux et provoquant des lésions pulmonaires.

Sous l’influence des rayons UV , le dioxyde d’azote contribue à la formation d’ozone.

CxHy
Imbrûlés d’hydrocarbures (CxHy) ou CnHm
Les imbrûlés d’hydrocarbures (CxHy) se forment lors d’une combustion incomplète et conduisent à l’effet de serre.
Le méthane (CH4), le butane (C4H10) et le benzène (C6H6) font partie entre autres de ce groupe de molécules.

Valeurs types dans les gaz de combustion:
Chaudières fioul : < 50 ppm

Suie
La suie est presque essentiellement composée de carbone pur et apparaît lors d’une combustion incomplète.
Valeurs type dans les produits de combustion:
Chaudières fioul : Indice 0 ou 1

Poussière
Par poussière, on entend les plus petits solides présents dans l'air lesquels peuvent exister sous des formes et des densités diverses.
Les poussières proviennent en partie de résidus minéraux et de cendres issus des combustibles solides.

Unités de mesures et conversions

Pression

ppm (partie par million) ppm signifie « une partie sur 1 million de parties ».

1 ppm

1 ppm = 1 élément sur 1 million = 1 cm³ / m³
10.000 ppm = 1 Vol.-% = 10 dm³/m³

Quelques explications sur les ppm de CO

10000 ppm = 1 %

100 ppm = 0,01 %

1 ppm = 0,0001 %

mg/Nm³ (milligramme par normal mètre cube)

L’utilisation du ppm n’est qu’une indication de rapport de volume.

Pour connaître la quantité réelle émise, on a recourt au mg/m³ : la masse du polluant émis par rapport au volume des gaz dégagé.

La conversion en concentration massique mg/m³ est basée sur la densité de chacun des composants du gaz .

Un Nm³ est un mètre cube de gaz pris dans des conditions de pression et de température diverses ramené à 0°C et 1013hPa ( ou 1 atmosphère ou 1 bar … )


Notions de base pour les calculs

Une mole est une quantité définie de 6.022 x 1023 entités (molécules, atomes , …)

Ce chiffre est une constante, appelée aussi « Nombre d’Avogadro ».

Masse molaire : c'est la masse d’une mole (g/mole), elle est calculée par la somme des masses atomiques de chaque élément constituant la molécule concernée.

Les masses molaires des gaz que nous mesurons sont les suivantes :

CO = 28 g / mole ( exemple dans tableau : C= 12.011 g + O= 15.999 g )
NO = 30 g/ mole / NO2 = 46 g/mole / SO2 = 64 g/mole

Les masses molaires peuvent être calculées d’après le tableau de classification périodique des éléments

Une mole de gaz occupe toujours le même volume (dans les mêmes conditions de température et de pression).

Le volume normé d’une mole en litre (donc à 0°C, et 1013 hPa) est de 22.4 litres

Ce volume est par exemple de 24.5 litres à 25°C.

L’entretien des chaudières est obligatoire

1/ La priorité de l’arrêté du 15 septembre 2009 est la sécurité des installations et le maintien des performances
Le Grenelle de l’environnement est l’élément déclencheur et moteur d’une multitude de  textes législatifs dont l’arrêté du 15/09/2009 sur l’entretien obligatoire des chaudières , induisant un contrôle périodique des installations.
L’objectif est de réduire significativement la consommation des énergies et d'augmenter la sécurité des installations
Un entretien régulier et adapté d’une chaudière garantit le meilleur niveau de rendement énergétique et une performance environnementale :

  • un gain de 8 à 12 % sur la consommation de combustible
  • un taux d’émission de polluants atmosphériques minimum
  • une durée de vie supérieure et un nombre de pannes réduit (5 fois moins).

Rappelons le contexte existant, sur un parc de 10,3 millions de chaudières

  • env. 40 % fioul / 60 % gaz
  •  40 % ont plus de  20 ans
  •  plus de 800 000 ont plus de  30 ans pas ou peu entretenues

* 1/3 des chaudières entretenues annuellement dont moins de 50% par contrat d’entretien. 

2/ L’arrêté du 15 septembre 2009 définit le contenu de l’entretien

  • Spécifications techniques de l’opération d’entretien
  • Évaluation du rendement de l’installation
  • Évaluation des polluants
  • Fourniture de conseils et recommandations
  • Attestation d’entretien (format papier ou dématérialisé)

3/ Résumé sur l’arrêté du 15 septembre 2009

  • Décret et arrêté parus, application immédiate, c’est une réalité !
  • Les chaudières concernées : de 4 à 400 kW
  • Toutes énergies : gaz, fioul, bois, biénergie…
  • Fréquence : une fois par an
  • Ce contrôle est lié à l’entretien (c’est une attestation d’entretien)
  • Un analyseur et une pompe smoke sont indispensables
  • ( O2 ou CO2 , TF, COamb , indice de suie )
  • Rendement, NOx, poussières et COV sont évalués et comparés à une référence
  • A la charge et à l’initiative de l’occupant

Pour aller plus loin, voir "Aspects réglementaires"

FAQ

Mesure CO, mesure de tirage, attestation d’entretien ...


Pourquoi la mesure du CO ambiant est-elle importante ?
Cette mesure, obligatoire dans le cadre du contrôle annuel de chaudière d’une puissance de 4 à 400 kW, vous permet de sécuriser l’installation en vous assurant de l’absence de monoxyde de carbone en ambiance. Elle sera réalisée en amont de votre intervention pour garantir votre sécurité et celle des occupants.

La mesure de tirage et dépression d’une chaudière, à quoi sert-elle ?
Cette mesure permet de constater que le tirage du conduit est suffisant pour garantir une bonne évacuation des produits de combustion.

A quoi servent les cellules à l’intérieur de l’appareil de mesure de combustion ?
Les cellules mesurent précisément les concentrations et l’appareil affiche automatiquement les calculs de rendement de l’installation, de pertes, de CO2, etc, …

Comment se remplit l’attestation d’entretien avec les appareils de mesure de combustion ?
A travers des liaisons USB ou Bluetooth, les valeurs réglementaires de l’analyseur sont automatiquement transmises vers un support informatique. Ensuite, renseignez directement l’attestation d’entretien, à l’occasion de vos visites annuelles avec les données réglementaires de l’installation (données de la chaudière, valeurs théoriques de NOx, de rendement et de polluants,...). L’attestation pourra être directement envoyée par mail à vos clients. Vous disposerez d’un outil d’aide sur le terrain : vous serez capable d’enregistrer des fichiers complémentaires au format PDF directement sur l’informatique embarquée (catalogue pièces détachées, schéma de chaudières...).

Exemple de gestion de mesures et de données avec le testo 350

ASPECTS REGLEMENTAIRES

Réglementation relative à l’entretien annuel des chaudières de 4 et 400 kW

Les chaudières alimentées par des combustibles gazeux, liquides ou solides dont la puissance nominale est supérieure ou égale à 4 kW et inférieure ou égale à 400 kW font l’objet d’un entretien annuel dans les conditions fixées dans le décret à télécharger ci-dessous.

L’entretien annuel d’une chaudière dont la puissance nominale est comprise entre 4 et 400 kW comporte la vérification de la chaudière, son nettoyage et son réglage, ainsi que la fourniture des conseils nécessaires portant sur le bon usage de la chaudière en place, les améliorations possibles de l’ensemble de l’installation de chauffage et l’intérêt éventuel du remplacement de celle-ci.

Lors de la vérification de la chaudière, la personne ayant effectué l’entretien annuel de la chaudière évalue le rendement et les émissions de polluants atmosphériques de la chaudière. A l’issue de l’entretien de la chaudière, la personne l’ayant effectué fournit les conseils nécessaires portant sur le bon usage de la chaudière en place, les améliorations possibles de l’ensemble de l’installation de chauffage et l’intérêt éventuel du remplacement de celle-ci.

  • Décret n°2009-649 du 9 juin 2009 relatif à l’entretien annuel des chaudières dont la puissance nominale est comprise entre 4 et 400 kW

Téléchargez le décret (2 pages)

  • Arrêté du 15 septembre 2009 relatif à l’entretien annuel des chaudières dont la puissance nominale est comprise entre 4 et 400 kW

Téléchargez l’arrêté (11 pages)

Réglementation relative au contrôle des chaudières dont de 400 kW et inférieure à 20 MW

Le contrôle périodique de l’efficacité énergétique et les mesures permettant d’évaluer les concentrations de polluants atmosphériques réalisées au moyen d’un analyseur portable équipé de cellules électrochimiques sont définis dans le présent arrêté.
Le contrôle périodique mentionné à l'article R. 224-31 comporte :
Le calcul du rendement caractéristique de la chaudière et le contrôle de la conformité de ce rendement avec les dispositions du paragraphe 1er de la présente sous-section ;

Le contrôle de l'existence et du bon fonctionnement des appareils de mesure et de contrôle prévus par le paragraphe 1er de la présente sous-section ;

La vérification du bon état des installations destinées à la distribution de l'énergie thermique situées dans le local où se trouve la chaudière,
La vérification de la tenue du livret de chaufferie prévu par l'article R. 224-29.
Ces contrôles périodiques sont effectués à la diligence et aux frais de l'exploitant de l'installation thermique.


Les bureaux de contrôle – les exploitants
Une nouvelle donne : enfin un texte officiel qui précise l’emploi des analyseurs à cellules électrochimiques !

«  Art. 2. − Le contrôle périodique de l’efficacité énergétique et les mesures permettant d’évaluer les concentrations de polluants atmosphériques réalisées au moyen d’un analyseur portable équipé de cellules électrochimiques sont réalisés par un organisme accrédité …

Périodicité: tous les 2 ans

Art. 6. du décret

chaudières > 400 kW et < 1 MW, le premier contrôle périodique doit être réalisé dans les 2 ans ( date décret) chaudières ≥1 MW, le premier contrôle périodique doit être réalisé dans un délai de trois ans au plus à compter de la date du dernier contrôle.


Art. 7.
Le premier contrôle des émissions polluantes d’une chaudière R. 224-41-1 ( entre 400kW et 2MW ) du code de l’environnement dans sa rédaction issue du présent décret doit être réalisé dans un délai de trois ans au plus après la publication du présent décret.

Les points importants à connaître – matériel à contrôler
« Le bureau de contrôle devra en outre contrôler l’existence et le bon fonctionnement des appareils de l’exploitant » …

Exemple d’appareils (selon conditions) : indicateur de la température des gaz de combustion / analyseur portatif des gaz de combustion donnant la teneur en CO2 ou en O2 / appareil pour indice de noircissement / déprimomètre / indicateur d'allure de fonctionnement ou de débit de combustible ou de fluide caloporteur / enregistreur de pression de vapeur / indicateur de température du fluide caloporteur.

Les points importants à connaître – la mesure NOx
La mesure sera réalisée en fonctionnement stabilisé de la chaudière, avec une durée minimale permettant de prendre en compte les variations de concentration en NOx, soit une durée minimale de 15 minutes.

L’analyseur portable équipé de cellules électrochimiques devra faire l’objet d’un ajustage du zéro et de la sensibilité au moins une fois par jour à l’aide de gaz pour étalonnages.

Les points importants à connaître : mg/Nm³
Les résultats sont à fournir en mg/Nm³ en équivalent NO2 corrigé à un taux d’oxygène de référence sur gaz sec.


Pour résumer :
Les bureaux de contrôle sont chargés de contrôler :
- l’efficacité énergétique (rendement)
- la pollution NOx (mesure de 15min)
- tous les 2 ans
- matériel requis
- le livret de chaufferie
- mesures de poussières (combustible solide)
- et de fournir un rapport conforme au décret.

Suivant la puissance, le premier contrôle doit se faire dans les 2 ou 3 ans après la parution du décret.

  • Arrêté du 2 octobre 2009 relatif au contrôle des chaudières dont la puissance nominale est supérieure à 400 kilowatts et inférieure à 20 mégawatts

Téléchargez l'arrêté (7 pages)

  • Décret n°2009-648 du 9 juin 2009 relatif au contrôle des chaudières dont la puissance nominale est supérieure à 400 kilowatts et inférieure à 20 mégawatts

Téléchargez le décrêt (2 pages)

Réglementation relative aux installations classées soumises à déclaration sous la rubrique n° 2910 (Combustion)

L’arrêté du 2 décembre 2008 modifiant l'arrêté du 25 juillet 1997 relatif aux prescriptions générales applicables aux installations classées pour la protection de l'environnement soumises à déclaration sous la rubrique n° 2910 (Combustion) définit la façon dont l'installation est soumise à des contrôles périodiques par des organismes agréés.
Ces contrôles ont pour objet de vérifier la conformité de l'installation aux prescriptions du présent arrêté, éventuellement modifiées par arrêté préfectoral, lorsqu'elles lui sont applicables.

  • Arrêté du 02/12/08 modifiant l'arrêté du 25 juillet 1997
    Téléchargez l’extrait avec articles principaux liés à la mesure combustion

Arrêté du 02/12/08

Installations classées rubrique 2910 (combustion) dont la puissance thermique maximale est supérieure à 2 MW mais inférieure à 20 MW.

CHAUDIERES


TYPES DE COMBUSTIBLES

OXYDES DE SOUFRE
en équivalent SO2

OXYDES D’AZOTE
en équivalent NO2

P < 10 MW

P = 10 MW

Gaz naturel

35 150 100

Gaz de pétrole liquéfiés

5 200 150

Fioul domestique

170 200 500

Autres combustibles liquides

1700 550

Combustibles solides

2000 550

Biomasse

200 500

MOTEURS

COMBUSTIBLES

POLLUANTS

Dioxyde
de soufre

Oxydes
d’azote

Poussières

Gaz naturel
et gaz de pétrole liquéfiés

30 350 50

Autres combustibles liquides

- fioul domestique : 160

- régime de rotation =
1 200 tours/mn : 1 500

100

- fioul lourd : 1 500

- régime de rotation <
1 200 tours/mn : 1 900

Monoxyde de carbone : 650 mg/m³

TURBINES

COMBUSTIBLES

POLLUANTS

Dioxyde
de soufre

Oxydes
d’azote

Monoxyde
de carbone

Gaz naturel

12 150 100

Fioul domestique

60

200

Autres combustibles

550

100

Contraintes de mesure
Contraintes réglementaires

Contraintes technologiques :
- Température des gaz, rayonnement
- Durée
- NOx réel
- Humidité


Contraintes de l’environnement direct:
- Distances
- Poussières ambiante ou des gaz
- Température ambiante

Application « Chaudières industrielles »
Contrôler les brûleurs industriels : mise en route, optimisation, et surveillance des émissions de polluants.

Contrôler les brûleurs industriels

Application « moteurs fixes »
Des contraintes :

- Températures (+550°C)
- Surpression
- Vibrations
- NO + NO2
- Des variations des paramètres
- Une réduction des polluants opposée aux consommations donc aux coûts
- Une saisonnalité en cogénération qui interdit tout arrêt prolongé ! L’appareil doit être disposé à mesurer !

Exemple d’une fenêtre étroite de réglage :

Application « Turbines gaz »
- Des seuils très bas
- Des variations (mise au point)
- Températures élevées
- Etalonnage sur site


  • Arrêté du 15 août 2000 modifiant celui du 25 juillet 1997

Arrêté du 15 août 2000

REGLES ET OUTILS DE REALISATION

Rendement de combustion

Plage optimale des installations de chauffage

Travailler dans la plage optimale des installations de chauffage

La base d’un bon réglage de combustion réside dans une utilisation rationnelle et adaptée de l’installation de chauffage.

Les tableaux et graphiques apparaissant ci-après, aident à comprendre l’analyse de combustion. N’ayez crainte, Ils sont mémorisés au niveau des analyseurs de combustion permettant ainsi des calculs automatiques.

Le rendement de combustion est exprimé par les pertes. Pour retrouver le rendement, il suffit d’appliquer la formule ci-dessous.

Sur les installations à condensation, des rendements supérieurs à 100% sont possibles grâce à l’énergie récupérée par la condensation. Selon les appareils, vous retrouverez au minimum le rendement sur PCI (Pouvoir Calorifique Inférieur). Certains appareils de mesures de combustion peuvent aussi vous calculer le rendement sur PCS (Pouvoir Calorifique Supérieur).

Rendement d’une installation

ɳ = 100 % - qA avec qA = pertes (%)

Pertes (qA)

Les pertes sont une grandeur calculée qui pour chaque combustible est déterminée à partir de deux formules.

Dans chaque formule, les températures d’air comburant et des fumées sont prises en compte.

La température des fumées est mesurée dans le flux principal des fumées, où elle est la plus élevée.

La température d’air comburant est mesurée, soit à l’ambiance, soit dans la gaine d’arrivée d’air au brûleur suivant l’installation.


Calcul des pertes pour combustibles solides

Lorsque les facteurs A2 et B sont égaux à 0.

qA = f x (TF – TA)/CO2


Calcul des pertes A2

qA = (TF - TA) x + (A2 – (21 - O2)) + B

  • TF: Température des Fumées
  • TA: Température Ambiante
  • A2/B: Facteurs spécifiques au combustible (voir tableau)
  • 21: Teneur en CO2 de l’air comburant
  • O2: Teneur en O2 des gaz de combustion
  • CO2: Dioxyde de carbone, calculé sur le CO2maxet le O2

Tableau des facteurs spécifiques des combustibles


Combustible A2 B f CO2max

Fuel domestique

0,68 0,007 - 15,5

Gaz naturel

0,65 0,009 - 11,9

Gaz liquide

0,63 0,008 - 13,9

Bois/Coke

0 0 0,74 20,0

Briquette

0 0 0,75 19,3

Lignite

0 0 0,90 19,2

Houille

0 0 0,60 18,5

Gaz de coke

0,6 0,011 - -

Gaz de ville

0,63 0,011 - 11,6

Gaz étalon

0 0 - 13,0

Excès d’air

Pour réaliser une combustion complète, sans présence d’imbrûlés, il est nécessaire d’apporter une quantité d’air supérieure à la quantité théorique.

Le rapport entre l’air apporté et l’air théorique nécessaire est appelé excès d’air λ, et est calculé de la manière suivante.

Excès d’air :

λ = air apporté CO2 max / air théorique = CO2max / CO2


Rendement

Le rendement maximal est obtenu lorsque les pertes qA sont minimales.

Mesure des NOx

Sonde Testo

NOx est la somme de NO et NO2. Sur les installations domestiques, la part de NO2 dans le NOx est inférieure à 3 %. Cette mesure devient de plus en plus importante sur les brûleurs modernes à bas NOx.
Les fabricants de chaudières exigent un réglage et une réduction de leurs émissions, pour répondre à leurs arguments de vente “bas NOx”.

  • Installation au fioul : CO2 le plus élevé possible, indice de suie entre 0 et 1
  • Installation au gaz : CO2 le plus élevé possible, CO < 500 ppm dans les gaz non-dilués

Les cellules de mesure

Les cellules de mesure d’un appareil de mesures de combustion doivent répondre aux dernières avancées technologiques, pour une utilisation adaptée de ces cellules.
Cela nécessite une optimisation du parcours des gaz, une correction au plus juste des parasitages ainsi que la possibilité pour l’utilisateur de changer les cellules lui-même.

Zoom sur l’arrêté principal du 15 septembre 2009 pour les chaudières 4 et 400 kW

1/ Spécifications techniques

  • Puissance utile de 4 à 400 kW :
  • Points de contrôle sur la base du § 3.1 des normes NF X 50-010 (chaudières gaz ) et NF X 50-011 (chaudières fioul ).
  • Mesure du taux de monoxyde de carbone dans l’air ambiant. (appareils non étanches).
    Attention : seuils modifiés !!

2/ Opérations d’entretien

  • Nettoyage :
    • du préfiltre et filtre pompe
    • et démontage complet du brûleur
    • du corps de chauffe
  • Vérification fonctionnelle :
    • des dispositifs de sécurité brûleur
    • des dispositifs de sécurité chaudière
    • du circulateur de chauffage (si incorporé à l’appareil)
  • Relevé du type gicleur

3/ Faisons un zoom sur ce qui doit être mesuré

NF X 50-010 contrat d’abonnement pour l’entretien des chaudières à usage domestique utilisant les combustibles gazeux

Services ou prestations adaptées au gaz :
- La veilleuse, l’extracteur (si intégré)
- Vérification de l’état, de la nature et de la géométrie du conduit de raccordement
- Vérification des débits gaz et réglage éventuel, si prévu par le fabricant

Si raccordement sur VMC gaz:
- Mesure CO2/O2 et TF
- CO ambiant (chaudières non étanches)

NF X 50-011 contrat d’abonnement pour l’entretien des chaudières à usage domestique utilisant les combustibles liquides

- Détermination de l’indice de noircissement
- Mesure de la température des fumées TF
- Mesure de la teneur en CO2 ou en oxygène O2 dans les fumées
- Chaudières non étanches : CO ambiant

4/ CO ambiant
Attention le seuil de l’arrêté n’est pas celui des normes, il est abaissé, et est de 10 ppm à compter du 01/07/2014
Pour les chaudières non étanches : CO ambiant après l’entretien.
- si CO < 20 ppm: la situation est jugée normale.
- si 20 ppm < CO < 50 ppm. Situation anormale. Investigations complémentaires nécessaires sur le tirage du conduit et la ventilation du local.

Si la teneur est supérieure à 50 ppm:

La chaudière doit être arrêtée !

CO ambiant

La situation met en évidence un danger grave et immédiat et il y a injonction faite à l’usager par la personne chargée d’effectuer l’entretien de maintenir sa chaudière à l’arrêt jusqu’à la remise en service de l’installation dans les conditions normales de fonctionnement.

mesure co

La mesure?
- Après 3 minutes de fonctionnement de la chaudière
- A 50 cm de la façade avant
- Pendant au moins 30 sec

Autres appareils de combustion à l’arrêt.

5/ Comment mesurer le CO dans les fumées ?

sonde co

CO dans les fumées
Cette mesure n’est pas obligatoire comme chez nos voisins:


PAYS O2 ou CO2 Température des fumées
[rendement]
CO fumées CO ambiant NOx
D X X X non-dilué
A X X X non-dilué X*
CH X X X non-dilué X
I X X X non-dilué -
NL X** X** Rapport CO/CO2** -
UK X X Rapport CO/CO2 X -
ES X X -
USA X non-dilué (X) -

La maintenance d’une chaudière entraîne la réduction du CO dans les fumées

tableau

6/ Obligation d’évaluer le rendement de l’installation

Rendement comparé à une valeur de référence
Le rendement de référence est basé sur le rendement d’une chaudière à condensation de même puissance pour le gaz, et le fioul ou le rendement d’une chaudière de 2009 utilisant le même combustible solide.

7/ Évaluation du rendement – chaudières gaz fioul et bois

Chaudière gaz

Type de chaudière

Ancienneté Puissance nominale
Pn (kW)
Rendement à puissance nominale

Classique

Avant 1980 <14 79%
=23 82%
1981-1985 =23 85%
1986-1990 =23 86%

Standard

Depuis 1991 23 87%
Pn 84 + 2 log Pn

Basse Température

Depuis 1991 23 89.5%
Pn 87.5 + 1.5 log Pn

Condensation

Depuis 1981 23 93%
Pn 91 + log Pn

Chaudière fioul

Type de chaudière

Ancienneté Puissance nominale
Pn (kW)
Rendement à puissance nominale

Classique

Avant 1970 23 77%
23 80%
1970-1975 23 81%
1976-180 23 83%

Standard

Depuis 1991 23 87%
Pn 84 + 2 log Pn

Basse Température

Depuis 1991 23 89.5%
Pn 87.5 + 1.5 log Pn

Condensation

Depuis 1981 23 92.5%
Pn 91 + log Pn

Chaudière bois

Type chaudière /
Combustible

Jusqu’en 1995 Entre 1996
et 2004
Depuis 2005 Chaudières 2009

Bois de bûches
Tirage naturel

60% 65% 70% 75%

Bois de bûches
Combustion assistée par ventilateur

75% 75% 80% 80%

Granulés de bois

85% 85% 85%

Bois déchiqueté

85% 85%

8/ Obligation d’évaluer les polluants
Evaluation des NOx - une chaudière gaz

Brûleur

Facteur d’émission de NOx (mg/kWh à 0% d’O2)

Chaudière ancienne

300

Atmosphérique (prémélange partiel)

170

Atmosphérique à barres de refroidissement

130

Atmosphérique à pré mélange total avec ventilateur refroidi par eau

50

Atmosphérique à prémélange total sans ventilateur

45

Atmosphérique « surfacique » à prémélange total assisté par ventilateur

35

Brûleur radiant, combustion catalytique et pulsatoire

< 30

Classification selon les normes européennes
EN 297/A3 (février 97)
EN 483 – (avril 2000)
EN 656 (mai-2000)
EN 13836 (janvier-2006)

Classe 1 : 260
Classe 2 : 200
Classe 3 : 150
Classe 4 : 100
Classe 5 : 70

A air soufflé classique

130

A air soufflé bas-NOX

90

Classification selon les normes européennes
EN 676 (mars 2004)
EN 303-7 –(décembre 2006)

Classe 1 : 170
Classe 2 : 120
Classe 3 : 80

8.1 - Evaluation des NOx – chaudière fioul

Brûleur

Facteur d’émission NOx (mg/kWh à 0% d’O2)

Chaudière ancienne

170

Flamme jaune

140 (P<150 kW)210 (P>150 kW)

Flamme jaune à recirculation

120 (P<150 kW)180 (P>150 kW)

Flamme bleue

90

Radiant « Rotrix »

60

Classification selon la norme européenne
>EN 303 – 2 (juillet 1999)

Classe 1 : 185 Classe 2 et 3 : 120

8.2 - Evaluation du facteur d’émission « mg/kWh » à 0% d’O2 en ppm

attestation

Coef gaz =0.2545
Coef fioul =0.2434

Exemple:
100 mg/kWh à 5% d’O2 ≈40 ppm NOx pour du gaz

8.3 - Evaluation des poussières en mg/Nm³ à 10% d’O2 – chaudière bois

Type chaudière /
Combustible

Jusqu’en 1995 Entre 1996
et 2004
Depuis 2005 Chaudières 2009

Bois de bûches
Tirage naturel

600 200 50 45

Bois de bûches
Combustion assistée par ventilateur

250 230 50 30

Granulés de bois

80 30 30

Bois déchiqueté

75 60

8.4 - Evaluation des COV en mgC3H8/Nm³ à 10% d’O2 – chaudière bois

Type chaudière /
Combustible

Jusqu’en 1995 Entre 1996
et 2004
Depuis 2005 Chaudières 2009

Bois de bûches
Tirage naturel

4000 2500 2500 130

Bois de bûches
Combustion assistée par ventilateur

600 600 600 55

Granulés de bois

100 40 10

Bois déchiqueté

20 10

8.5 - En résumé: les valeurs de référence

Type de combustible utilisé

Polluants Émission de référence Unité

Combustible gazeux

Oxydes d’azote (NOx) 35 mg/kWh à 0% d’O2

Combustible liquide

Oxydes d’azote (NOx) 90 mg/kWh à 0% d’O2

Combustible solide

Poussières 30 mg/Nm3 à 10% d’O2

Combustible solide

COV 10 pour les granulés de bois et le bois déchiqueté
55 pour les bois de bûches
&mgC3H8/Nm3 à 10% d’O2

9/ Mesure de combustion et obligation de conseils
Les recommandations à fournir selon l’arrêté de sept 2009 sont :

  • Conseils de bon usage et recommandations de travaux et d’améliorations du système de chauffage.
  • Consommations, économies, efforts, et retours sur investissement proposés à titre indicatif.
  • Aucun investissement proposé par l’entreprise ne peut être obligatoire.
  • Fourniture de conseils :
    La chaudière
    Le brûleur à air soufflé
    La production d’ECS (si applicable)
    Le système de régulation
    Le réseau de distribution
    Les émetteurs de chaleur

10/ L’attestation d’entretien obligatoire pour le contrôle de combustion

10.1 - Règles du jeu pour l’attestation d’entretien

  • Une attestation pour chaque appareil (excepté chaudières en batteries), à fournir dans les 15 jours.
  • Copie conservée par l’entreprise pendant une durée de 2 ans.
  • Report des informations (manuel ou ticket d’analyse de combustion)
  • Fourniture de recommandations.

10.2 - Exemple d’attestations d’entretien directement issues d’appareils de mesures de combustion

Dorénavant, l’attestation d’entretien est intégrée à l’appareil T330 LL et peut donc être éditée sur place !

attestation

10.3 - Etapes de réalisation de l’attestation d’entretien en images


attestation

attestation

attestation

attestation

Saisie de l’installation

Saisie des opérations
de maintenance

Récupération automatique des mesures

Evaluation automatique des rendements
et polluants

attestation

attestation

attestation

attestation

Conseils/Recommandations

Améliorations

Conseils de remplacement

L’attestation est générée dans l’analyseur

Analyseurs portables de gaz de combustion

Le choix d’un analyseur de combustion se fait sur quelques critères sensibles :

Simplicité , convivialité d’utilisation, robustesse…


Le choix d’un analyseur de combustion se fait sur quelques critères sensibles




Filtre placé en amont sur la poignée
pour ne pas encrasser la tuyauterie, il reste toujours visible.




Coque élastomère lavable

Ces appareils satisfont aux exigences sévères de l’industrie, par exemple :

- Haute précision (comparable avec la technique infrarouge ou la technique chimiluminescente).
- Mesures longues durées (quasi-stationnaires) de plusieurs heures à plusieurs jours.
- Programme flexible de sondes de prélèvement pour les points de prélèvement les plus divers.
- Plages de mesure élevées à extrêmes pour l’utilisation dans le gaz brut ou dans les atmosphères spéciales de fours.
- Maintenance par l’utilisateur lui-même pour la réduction des coûts et temps d’immobilisation.
- Insensible aux gaz poussiéreux et humides ou aux rudes conditions ambiantes (température élevée, vibrations, ...).

Les principes de mesure

Pour les grandeurs de mesure O2, CO, NO, NO2et SO2, Testo utilise des cellules de mesure électrochimiques.

Ces capteurs présentent d’importants avantages pour l’utilisation mobile :

- Insensibles aux secousses et variations de température.
- Faibles dimensions et faible poids.
- Remplacement simple sans gaz étalon.
- Plages de mesure élevées et faible dérive du point zéro pour les faibles concentrations.
- Linéarité extrême sur toute la plage de mesure.

Capteur CO2 IR

Cellule de mesure O2

Cellule de mesure (ex. pour gaz toxiques)

Capteur CO2 IR Cellule de mesure O2 Cellule de mesure (ex. pour gaz toxiques)

Guide de choix d’un appareil de combustion

testo 310

testo 320

testo 330-1 LL

Applications

• Jusqu’à 100 entretiens par an lorsque 90% de chaudières gaz.
• Adapté aux chaudières à condensation.

• > 100 entretiens par an pour chaudières tous combustibles.
• Adapté aux chaudières à condensation

• > 100 entretiens par an pour chaudières tous combustibles
• Adapté aux chaudières à condensation
• Recommandé pour le bois

Type d’écran

Monochrome Couleur Couleur

Type de cellules disponibles

O2 + CO O2 + CO O2 + CO + CO low + NOx

Evolutif NOx
sans retour SAV

- -

X

Protection cellule CO

X

X

X

Menus dédiés
et conformes
au nouveau arrêtés

X

X

X

Impression de l’attestation d’entretien pour installations de 4 à 400 kW depuis l’analyseur

-

X

Option

X

Mesures sur chaudières > 400 kW ou installations industrielles

- - -

Matrice de combustion couleur qui indique les bons réglages suivant le type de chaudière

- -

X

Autodiagnostic =
plus de pannes intempestives

-

X

X

Sécheur Peltier

- - -

Liaison sans fil
entre unité de contrôle
et coffret d’analyse

- - -

Cellules, accus remplaçables par l’utilisateur
sans retour SAV

-

X

X

Type de liaison

IR IRDA ou Bluetooth

(Option)

IRDA ou Bluetooth

(Option)

Alimentation

Accus Li-Ions + secteur Accus Li-Ions + secteur Accus Li-Ions + secteur

Mémoire et liaison PC

-

X

X

Garantie

2 ans sans souscription à un contrat d’entretien y compris pour cellules

2 ans sans souscription à un contrat d’entretien y compris pour cellules

5 ans sans souscription à un contrat d’entretien y compris pour cellules sauf accus, thermocouple, filtres

Certifié

- EN 50379 EN 50379
testo 330-2 LL

testo 340

testo 350

Applications

• Jusqu’à 100 entretiens par an lorsque 90% de chaudières gaz.
• Adapté aux chaudières à condensation.
• Recommandé pour le bois

Adapté aux chaudières de plus de 400 kW et installations industrielles (moteurs, turbines, fours)

Documentation détaillée sur demande !

Adapté aux chaudières de plus de 400 kW et installations industrielles (moteurs, turbines, fours)

Documentation détaillée sur demande !

Type d’écran

Couleur Monochrome Couleur

Type de cellules disponibles

O2 + CO + CO low + NOx O2 + CO + CO low + NOx
+ NO low + SO2 + NO2 (4 ma)
O2 + CO + CO low + NOx + NOlow +
SO2 + NO2 + CO2 IR + H2S (6 ma)

Evolutif NOx
sans retour SAV

X

X


Y compris pour
les autres capteurs

X


Y compris pour
les autres capteurs

Protection cellule CO

X


Par vanne de dilution permettant de continuer à lire des tendances de CO sans risque pour le capteur

X


Par vanne de dilution permettant de continuer à lire des tendances de CO sans risque pour le capteur. En

Option

, dilution de toutes les cellules

X


Coupure par seconde pompe (CO) ou en

Option

dilution pour l’ensemble des capteurs

Menus dédiés
et conformes
aux nouveau arrêtés

X

X

X

Impression de l’attestation d’entretien pour installations de 4 à 400 kW depuis l’analyseur

X

- -

Mesures sur chaudières > 400 kW ou installations industrielles

-

X

X

Matrice de combustion couleur qui indique les bons réglages suivant le type de chaudière

X

- -

Autodiagnostic =
plus de pannes intempestives

X

X

X

Sécheur Peltier

- -

Option

Liaison sans fil
entre unité de contrôle
et coffret d’analyse

- -

Option

Cellules, accus remplacables par l’utilisateur
sans retour SAV

X

X

X

Type de liaison

IRDA ou Bluetooth

(Option)

IRDA ou Bluetooth

(Option)

Bluetooth

(Option)

Alimentation

Accus Li-Ions + secteur Accus Li-Ions + secteur Accus NIMh + secteur

Mémoire et liaison PC

X

X

X

Garantie

5 ans sans souscription à un contrat d’entretien y compris pour cellules sauf accus, thermocouple, filtres

Electronique: 24 mois. Cellules O2: 18 mois. Autres cellules: 12 mois

Electronique: 24 mois. Cellules O2: 18 mois. Autres cellules: 12 mois

Certifié

EN 50379 EN 50379 EN 50379

SOLUTIONS PRODUITS RECOMMANDES

Analyseur de combustion avec technologie Smart Touch

Si l’analyse de combustion est obligatoire, elle doit être menée le plus facilement possible et avec toute la fiabilité que requiert la responsabilité de la mesure. C’est pourquoi, le nouvel analyseur de combustion « testo 300 » est réellement intelligent.

analyseur de combustion testo 300

Multifonctions, robuste et flexible

Un i-analyseur de combustion à commandes et configurations intelligentes

  • Equipé de la technologie Smart Touch
  • Ecran tactile de grande taille 5’’ HD et haute résolution, anti-rayures et protégé contre les chocs
  • Gestion complète d’une base de données clients
  • Signature depuis l’écran, puis envoi de l’attestation d’entretien par email
  • Gain de temps dans les interventions grâce au mode veille.
  • Maintenance réalisée par l’utilisateur sans retour SAV
  • Choix entre 2 et 4 ans de garantie pour les capteurs
  • Différents sets avec configurations pour chauffagistes et techniciens de maintenance
  • Des sondes polyvalentes à changement rapide
  • Fixation sûre : 4 aimants forts avec revêtement caoutchouté
  • Boîtier vissé pour stabilité supplémentaire
  • Capteurs robustes : capteur O₂ à durée de vie extrêmement longue et dilution automatique jusqu’à 30 000 ppm de CO

Plus d'infos sur les Analyseurs de combustion

Analyseur de combustion dédié aux installateurs

Le testo 310 est l’analyseur d’entrée de gamme qui répond parfaitement à l’arrêté sur le contrôle obligatoire des installations de chaudières de 4 à 400 kW. Il est destiné plus particulièrement aux installateurs qui réalisent en moyenne jusqu’à 100 contrôles par an.

testo 310
  • Robuste : boîtier compact et léger protégé des chocs et de la suie
  • Ecran rétro-éclairé : affichage grand format permettant une lecture aisée en toute circonstance
  • Très vite opérationnel : en 30 secondes, l’analyseur est prêt à mesurer
  • Accus Li-Ions : pas de phénomène de mémoire, très fiable et jusqu’à 10 heures d’autonomie ! Rechargeable sur fiche USB
  • Protection : le filtre est placé en amont de la tuyauterie et toujours visible
  • Fixation : utilisation très ergonomique grâce à des aimants de fixation
  • Pot de condensation : intégré donc protégé des chocs
  • Imprimante : impression des données par liaison infrarouge
  • Pression gaz : c’est un véritable manomètre gaz intégré

Plus d'infos sur les Analyseurs de combustion

Analyseur de combustion dédié aux sociétés de maintenance

Le testo 320 est un équipement professionnel qui répond parfaitement à l’arrêté sur le contrôle obligatoire des installations de chaudières de 4 à 400 kW. Il est destiné plus particulièrement aux sociétés de maintenance qui utilisent, au quotidien, leur équipement d’une manière soutenue sur des installations fuel/gaz ou bois.

testo 320
  • Ecran couleur et graphique haute résolution: les différents menus sont affichés très clairement et en détail
  • Mémoire : l’équipement dispose d’une mémoire de 500 protocoles de mesure qui peuvent être consultés à n’importe quel moment
  • Autodiagnostic des capteurs : affichage d’une manière visuelle de l’état des cellules
  • Raccord rapide : branchement simple et rapide de la sonde
  • Preuve de qualité : le testo 320 est certifié EN 50379 (partie 1-3)
  • Capteurs interchangeables : capteurs O2 et CO remplaçables par l’utilisateur sans retour S.A.V. et garantis 2 ans
  • Mise à zéro : l’analyseur est opérationnel en 30 secondes après démarrage
  • Flexibilité maximale : différentes longueurs, diamètres de cannes sont disponibles, ce qui permet de répondre à toutes vos configurations de conduit

Plus d'infos sur les Analyseurs de combustion

Analyseur de combustion dimensionné pour durer testo 330-1 LL

Le testo 330 LL est un équipement professionnel qui répond parfaitement à l’arrêté sur le contrôle obligatoire des installations de chaudières de 4 à 400 kW : La gestion des attestations d’entretien est directement intégrée à l’appareil. Il est destiné plus particulièrement aux sociétés de maintenance qui utilisent au quotidien leur équipement d’une manière soutenue sur des installations fuel/gaz ou bois.

testo 330-1 LL
  • Attestation d’entretien intégrée (mesures, évaluations automatisées, conseils et recommandations)
  • Ecran couleur haute résolution 240 x 320 pixels
  • Fonction autodiagnostic avec symboles affichant clairement l’état de charge des accus, le niveau du pot de condensation, ...
  • Nouveaux menus dédiés : test de la conduite gaz
  • Mesure de pression jusqu’à 300 mbar
  • Frais de maintenance réduits grâce aux capteurs garantis 5 ans
  • Vous économisez, au minimum, un jeu de capteurs sur la durée de 60 mois
  • Accus Li-Ion avec autonomie importante sans effet mémoire
  • Capteurs O2 et CO remplaçables par l’utilisateur sans retour S.A.V. (garantie : 5 ans)
  • Durée de vie des capteurs O2et CO : 6 ans
  • Mémoire de 500 000 valeurs
  • Liaison IRDA/Bluetooth (option) pour un transfert rapide sur PDA, imprimante ou PC
  • Liaison USB pour un transfert des données sur un PC

testo 330-2 LL : en plus du testo 330-1 LL

testo 330-2 LL
  • Attestation d’entretien intégrée (mesures, évaluations automatisées, conseils et recommandations)
  • Zéro des capteurs et du tirage avec la sonde dans le conduit : Vous n’avez plus à vous soucier du positionnement de votre sonde. Même en phase de calibrage des cellules ou du capteur de tirage, la sonde peut être placée en position de mesure. C’est un gain de temps et une source d’erreur éliminée !
  • Kit bois, composé d’un préfiltre en bout de canne, d’un filtre supplémentaire entre la tuyauterie et l’appareil. Il active un menu spécifique (avec dilution CO jusqu’à 14 fois !) pour affronter les mesures parmi les plus exigeantes qui soit: celles d’une chaudière bois ! Votre testo 330-2LL sera ainsi paré pour lui résister dans la durée !

Plus d'infos sur le testo 330-1 LL

Analyseur de combustion 4 cellules dédié aux installations > 400 kW

Avec le testo 340 sélectionnez simplement votre gaz, remplacez et faites évoluer votre équipement en choisissant parmi 7 capteurs différents :

testo 340
testo 340
  • Une dilution automatique va permettre de réaliser des mesures même à des concentrations très élevées sans risque de destruction pour les capteurs.
    Les avantages :
    - Vous augmentez automatiquement l’échelle standard des capteurs CO, COlow, NO, NOlow, ou SO2 présents dans l’analyseur d’un facteur 5, ce qui permet de les protéger en permanence des fortes concentrations.
    - Vous serez capable de réaliser des mesures jusqu’à 5% de CO soit 50 000 ppm, 15 000 ppm de NO, ou encore 25 000 ppm de SO2 sans danger de destruction ou saturation des capteurs !
  • Un large choix de capteurs est disponible pour pouvoir répondre à toutes les réglementations ou applications. De série, l’analyseur testo 340 est équipé d’une cellule d’O2. Vous disposez de 3 emplacements complémentaires librement définissables.
    Les avantages :
    - Le testo 340 est équipé en série d’une cellule O2. Les trois autres capteurs sont librement définissables. Vous sélectionnerez entre CO, NO, NO2, SO2, ou nos innovants modules COlow ou NOlow de très haute précision.
  • Un équipement adapté aux mises en services, réglages d’installations de moyennes et grosses puissances et un analyseur de référence pour les mesures à l’émission :
    - En s’assurant que les limites fixées par la réglementation ne sont pas dépassées
    - En répondant à l’arrêté sur les chaudières > 400 kW
    - En optimisant les process de production
    - En étant adapté aux turbines et moteurs gaz

  • Testé TÜV / Norme EN
    - Certifié EN 50379-2 pour O2, CO2, CO, NO, NOlow, °C, hPa
    - Remplacement certifié des cellules (calibration sans gaz étalon)

testo 350 : analyseur de gaz adapté aux mises en service d’installations > 400 kW

testo 350



  • Intuitif : des menus dédiés aux différentes applications avec des configurations prédéfinies
  • Grand écran graphique et en couleur
  • Très robuste : le coffret d’analyse est protégé des chocs et des poussières
  • Coûts de maintenance maîtrisés : vous accédez directement à tous les consommables pour un remplacement éventuel sans retour usine.

testo 350

Plus d'infos sur le testo 340

Analyseur de particules bois et chaudières biomasse

L’analyseur de poussières fines testo 380 vous permet de réaliser vos mesures sans effort et aisément directement sur site – avec un affichage graphique des valeurs de mesure. La toute nouvelle méthode de mesure développée par Testo permet aux techniciens de contrôler et de régler ces nouvelles limites. Les chauffagistes disposent ainsi d’un système de mesure les aidant idéalement à optimiser les installations de chauffage en respectant des valeurs d’émission minimales. L’intégration du testo 330-2 LL comme « centrale de commande » rend l’analyseur de particules testo 380 particulièrement universel. Avec un seul système de mesure, il est désormais possible de contrôler et d’entretenir des installations utilisant des combustibles solides, mais aussi du gaz et du fioul.

  • Associé au testo 330-2 LL, une solution complète novatrice pour les installations utilisant des combustibles solides, du fioul ou du gaz
  • Contrôle TÜV illimité pour les limites de niveaux 1/2 et selon la VDI 4206, fiche 2
  • Mesure parallèle des poussières fines, de l’O2 et du CO
  • Représentation graphique de toutes les valeurs de mesure en temps réel
  • Particulièrement rentable pour l’exploitation et l’entretien
  • Manipulation et transport aisés
  • La haute technologie au format « Mallette » : mesure de toutes les valeurs importantes au moyen d’une seule sonde

testo 380

Plus d'infos sur le testo 380

Détecteur de monoxyde de carbone portable testo 317-3

Le monoxyde de carbone le CO est un gaz sournois : inodore, incolore ; il est mortel.
Pour prévenir les accidents autour des installations de chauffage et répondre à l’arrêté du 15/09/2009 sur l’entretien des chaudières, il est nécessaire d’effectuer des mesures avec une précision des seuils < 10 ppm – Obligation depuis le 1er Juillet 2014 ! Avec le détecteur de monoxyde de carbone portable testo 317-3, vous disposez d’un moyen de contrôle rapide, compact et pourtant fiable dans votre boîte à outils.

testo 317-3
  • Utilisation immédiate – sans phase de mise à zéro
  • Fonction d’alarme avec seuil d’alarme pouvant être réglé librement
  • Etui de transport avec clip pour ceinture et dragonne
  • 3 ans de garantie sur le capteur de CO

Plus d'infos sur le testo 317-3

TESTO

Télécharger le dossier

Contact Direct


Envoyer
En validant ce formulaire, vous acceptez que les informations saisies soient transmises à l’entreprise concernée dans le strict respect de la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité

Visiter notre site web

Voir la fiche société

Nos coordonnées