Chargement...

Les marchés français des PAC et de la climatisation se portent bien


Le 3 Octobre 2018

Par Grégoire Noble - Journaliste scientifique


TENDANCES -  Gammes de puissances, mono ou multi-splits, unités intérieures et extérieures, vous saurez tout sur les marchés de la climatisation et des pompes à chaleur grâce aux résultats compilés par PAC & Clim’Info pour les huit premiers mois de 2018. Didier Metz et ses vice-présidents font le point.



pac-air-eau

Pompe à chaleur air-eau double service, chauffage et ECS


Les cinq familles représentées au sein de PAC & Clim’Info se portent plutôt bien. Didier Metz, directeur de business unit chez Mitsubishi Electric Europe, annonce tout sourire : « Avec des progressions comme nous en connaissons, notre industrie peut faire des jaloux ». Avec les vice-présidents de l’association, il présentait ce mardi 2 Octobre 2018, les résultats pour les huit premiers mois de l’année en cours, esquissant ainsi les tendances des différents secteurs, même si certaines entreprises ne communiquent pas de résultats partiels à ce panorama. « Il manque Trane qui ne déclare ses chiffres qu’annuellement. Dans la famille tertiaire, manquent Haier et Samsung », explique-t-il. Toutefois, sur la plupart des segments, les observations restent représentatives.


1 - Marché français des climatisations dans le tertiaire : progression à venir

Pour les refroidisseurs liquides dans les activités tertiaires, le marché est en baisse, en nombre de machines vendues (-7%) avec 3.300 groupes d’eau glacée commercialisés depuis le début de l’année. Mais cette tendance est contrebalancée par l’orientation du secteur vers de plus grandes puissances. En chiffre d’affaires, le marché devrait donc progresser. « Ce sont elles qui tirent le marché avec des hausses de +8 % à +22 % selon les gammes », analyse Julien Masson, directeur marketing chez Mitsubishi Electric Europe. A l’inverse, les petites puissances (moins de 17,5 kW) sont en recul (-21 %) tout comme les puissances intermédiaires (entre 17,5 et 100 kW) qui représentent près de la moitié des volumes en France (-12 %). « Il y a un transfert vers la technologie DRV », assure le spécialiste. Du côté des fluides utilisés, les experts n’observent pas encore de forte tendance vers les nouveaux réfrigérants : « Le HFO reste très faible, à moins de 5 % du marché global. Mais l’évolution des prix fera évoluer le marché en 2019. Et d’autres fluides arriveront, comme le XP-10/R-513A qui remplacera le R-134a ou le 1234ze mais qui nécessite des machines 20% plus puissantes. La question en suspens reste celle de l’écotaxe qui arrivera, ou pas, mais qui aura un impact potentiel très fort ».


2 - Evolution contrastée du marché français des CTA dans le tertiaire

Concernant les centrales à traitement d’air, utilisées dans le grand tertiaire, les hôpitaux ou l’industrie, PAC & Clim’Info note que, là aussi, l’évolution est contrastée selon les puissances. Les petites unités, (débit inférieur à 5 .000 m3/h) sont en baisse (-30%) alors que les plus fortes puissances (entre 15.000 et 50.000 m3/h) sont en hausse (+24%). Et les centrales avec récupération de chaleur représentent près de la moitié (45%) du total des 3.500 machines commercialisées entre Janvier et fin Août 2018. Pour la climatisation commerciale et le petit tertiaire, l’activité est portée par les mini-DRV et les splits de forte puissance. Globalement, le marché affiche une légère baisse (-3%) avec 2.400 unités vendues sur les huit premiers mois de l’année, mais les chiffres avaient bien progressé en 2017. La répartition entre solutions mono- et multi-splits reste constante, avec 38 % pour les premiers et 62% pour les autres. C’est le segment des DRV qui est en belle progression avec plus de 17.000 groupes extérieurs vendus (+13 %). Et contrairement aux autres familles de produits, ce sont les plus petites puissances qui se portent le mieux, profitant d’un effet RT 2012 et du remplacement possible de multi-splits : « Les 0-5 chevaux font +17%, les 6-10 chevaux +12%, et les 11-20 chevaux +10% », souligne Julien Masson. L’augmentation est donc plus significative sur les engins compacts. Du côté des unités intérieures de DRV, pas moins de 132.700 unités ont été vendues en France, soit une moyenne de 7,6 par groupe extérieur. Les cassettes dominent et représentent toujours près de la moitié des unités choisies. Elles suivent la tendance du marché français (+12%), tout comme les gainables, qui représentent un quart du total (+13%), et les solutions murales, qui dépassent les 20% de parts de marché (+13%).


3 - Croissance du marché des PAC dans le résidentiel français

Les pompes à chaleur air/air dans le résidentiel sont, elles aussi, en croissance rapide (+16%) avec 415.800 unités extérieures commercialisées. Les monosplits représentent toujours les trois-quarts de la demande (312.800 unités) contre un quart aux multisplits (103.000) mais leur progression est moins forte (+14% pour les mono, +21% pour les multi). PAC & Clim’Info remarque : « Les monosplits ont plutôt été tirés par les plus petites puissances, et la croissance des multisplits est identique selon les puissances ». Pour les unités intérieures, les chiffres sont en hausse (+17%), surtout portés par solutions murales (+19%), et dans une moindre mesure par les gainables (+15%) et les consoles (+12%). « Cela laisse à penser que c’est le secteur résidentiel qui dynamise le marché cette année », font valoir les spécialistes. Concernant les fluides, le R32 ne représenterait, à ce jour, qu’un quart de tout le volume, mais les fabricants feraient, peu à peu, la bascule. Aujourd’hui, 11% des maisons neuves seraient équipées d’emblée de systèmes PAC air/air, mais ce sont bien la rénovation et le remplacement de machines plus anciennes qui entretiennent la demande.




4 - Marché français des PAC air/eau en hausse

Pour les pompes à chaleur air/eau, le marché est ici aussi sur une tendance positive avec 56.700 machines vendues (+16%). Les monoblocs sont en augmentation (+8%) avec 5.000 unités mais la technologie bi-blocs est celle qui reste privilégiée en France : environ 51.600 pièces ont été vendues sur les huit premiers mois de 2018 (+17%). En répartissant ces chiffres selon la puissance des systèmes, ce sont les grosses puissances qui l’emportent, et les petites puissances en monobloc qui tendent à diminuer. S’il est question de température, les solutions qui fonctionnent entre 55 et 65°C totalisent 15.200 ventes (+24%), et celles qui fonctionnent au-delà de 65°C, atteignent 3.600 unités (+54%). « Des croissances à deux chiffres qui laissent à penser que le marché de la rénovation repart à la hausse, en partie suite à l’augmentation du fioul », estime PAC & Clim’Info. Didier Metz ajoute que, pour les machines de puissances inférieures à 8 kW, le fluide R32 ne représentera pas une contrainte importante.


5 - Embellie du marché des PAC géothermiques

Enfin, sur le marché confidentiel des PAC géothermiques, une certaine embellie semble se profiler. Après s’être effondrées depuis 2012 puis stabilisées en 2017 – à un niveau très bas – les ventes sont reparties à la hausse en 2018, avec 1.500 unités (+5%). « Il s’agit surtout d’installations eau/eau et eau glycolée/eau (+8%) », note Charlotte Brunello, analyste des marchés chez Daikin. L’évolution future de ces systèmes, surtout réservés à la construction neuve et pour de grosses maisons individuelles, dépendra surtout des décisions éventuelles du gouvernement pour les soutenir.





Grégoire Noble

À PROPOS DE L'AUTEUR



Grégoire NOBLE
Journaliste scientifique, spécialisé depuis plus de 10 ans dans l'innovation technologique et la transition énergétique




Commentaires

Aucun commentaire actuellement, soyez le premier à participer !

LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
Ce site respecte strictement la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité
Reférencement gratuit

Référencez gratuitement votre société dans l'annuaire