Chargement...

Le monde du génie climatique dans un attentisme positif pour 2019



Le 15 Février 2019

Par Grégoire Noble - Journaliste scientifique

 

MARCHÉ DU GENIE CLIMATIQUE - L'année 2019 sera importante pour tous les acteurs du génie climatique avec l'élaboration en cours de la future RE 2020 et la tenue du salon Interclima. François Frisquet, le président d'Uniclima, et plusieurs spécialistes des différentes technologies de chauffage, ventilation ou climatisation présentent les perspectives de leurs marchés.


pompe-chaleur.png

La pompe à chaleur, une évolution constante depuis 2016


1 - En 2018, le secteur du chauffage et du génie climatique a connu une année contrastée, …

Avec des progrès sur certains secteurs et un tassement de l'activité en fin d'année. Si le marché de la rénovation a connu une relative stabilité, celui du neuf connaît un ralentissement du nombre de mises en chantier de logements qui impactera les industriels dans les mois qui viennent. François Frisquet, le président d'Uniclima, analyse, segment par segment, les résultats des douze mois écoulés : "Pour les chaudières à gaz et fioul, le marché s'établit à 661.000 machines soit 30.000 de plus qu'en 2017. La tendance naturelle est l'évolution vers les chaudières à condensation (+11 %) au détriment des chaudières classiques (-18 %)". Une logique de marché renforcée par la fin du CITE pour les chaudières au fioul à la mi-2018, qui impactera encore plus fortement ces solutions.

Du côté des radiateurs à eau chaude et autres sèche-serviettes, le marché français est en léger recul (-2 %), contraint par deux phénomènes, une construction neuve moins dynamique et une rénovation stable. Du côté d'Uniclima, on rappelle "qu'il est important de remplacer les radiateurs pour maximiser la performance énergétique lors du remplacement du générateur de chauffage".

Les chaudières biomasse, dont l'engouement avait été marqué dans les années 2006-2008 et 2013, sont aujourd'hui établies à un niveau intermédiaire, de 11.000 pièces vendues (+2 %). Ces solutions se trouvent en compétition avec d'autres énergies mais pourraient venir remplacer le fioul dans certaines régions. François Frisquet ajoute : "Les machines à chargement automatique ont pris la main, car plus performantes". Uniclima note que 2019 sera une année de transition pour la biomasse puisque l'écoconception sera mise en place le 1er janvier 2020, entraînant la disparition de certains modèles qui ne sont pas au minimum de classe 5 (norme NF EN 303-5). Le syndicat anticipe une progression des ventes grâce au coup de pouce pour tous les ménages, cumulable aux aides de l'Anah soumises à conditions.

Pour le solaire thermique, le président d'Uniclima relate : "Le marché, sinistré depuis 2012, est descendu très bas, mais il est resté actif dans le collectif (30.000 m² de surfaces, +3 %). Cette solution reste pertinente en coût d'entretien, pour la RE 2020 notamment. Mais elle reste fortement concurrencée par d'autres technologies dont le chauffe-eau thermodynamique". Malgré tout, le spécialiste pense que l'orientation restera positive en 2019.



2 - L'activité des pompes à chaleur connaît une croissance constante depuis 2016

Et performe bien avec près de 97.000 machines vendues (+16 %) selon François Deroche, le trésorier de l'Afpac, qui rappelle des chiffres déjà révélés par son association. Le marché français est dominé par les bi-blocs qui représentent 9 machines sur 10. Les petites puissances (moins de 6 kW) ont moins progressé que les grosses installations, avec des augmentations respectives de +5 % et +39 %. Pour la géothermie sur vecteur eau, François Deroche révèle : "L'érosion s'est enfin arrêtée à 2.500 pièces commercialisées. Mais la solution devrait reprendre des couleurs". Selon les analystes, le coup de pouce et la prime à la conversion bénéficieront à cette solution en rénovation, mais ils restent inquiets pour son adoption en construction neuve.

Concernant les chauffe-eau thermodynamiques, l'année 2018 a été très profitable avec près de 104.000 équipements vendus (+17 %), le produit répondant au besoin d'EnR dans les programmes neufs.

L'aérothermie quant à elle (PAC air/air) explose elle aussi, à 571.000 groupes extérieurs (+18 %) installés. C'est Didier Metz, président de Pac&Clim'Info, qui explique : "Nous sommes sur un marché de renouvellement des machines installées après la canicule de 2003, qui ont aujourd'hui plus de 15 ans d'âge". En 2018, les fabricants de systèmes splittés ont déployé des gammes fonctionnant avec des fluides à effet de serre moins marqué (R32) et les installateurs se sont formés aux nouveaux fluides. Les tendances du marché vont vers des appareils réversibles à détente directe d'une puissance comprise entre 2 et 17 kW.


3 - Dans le tertiaire, la climatisation à débit de réfrigérant variable (DRV) affiche également une belle santé

Ceci avec 26.000 groupes extérieurs (+11 %) avec peu d'inquiétude sur les changements de fluides. Le segment des splits d'une puissance supérieure à 17,5 kW a connu un très léger recul (-1 %) à 3.670 machines. Uniclima observe "un recul des mono splits gainables de grosse puissance", qui représentent un quart des ventes. En 2019, la croissance devrait être au rendez-vous pour les petites puissances en raison des évolutions réglementaires (CH35) et la hausse du prix du réfrigérant.

Pour les chillers (refroidisseurs liquides) en revanche, 2018 a été une année de forte baisse (-16 %) à 5.200 systèmes écoulés, avec un recul marqué des petites puissances. "A noter toutefois, les puissances supérieures à 300 kW environ progressent. Ce marché est sans doute tiré par le grand tertiaire et l'industrie dans les projets neufs notamment. Toutefois, les projets de rénovation restent majoritaires", souligne le syndicat. Le projet de révision de la réglementation incendie en ERP pourrait, toujours selon Uniclima, profiter aux petites puissances. Et le dispositif de suramortissement de 40 %, proposé aux entreprises qui font installer ou rénover leurs installations avec des fluides à faible effet de serre redynamisera l'ensemble des segments cette année.

Les centrales de traitement d'air et ventilo convecteurs qui constituent la suite logique des chillers, n'ont pas été très performants l'an passé (-7 %) avec moins de 6.150 unités. Le marché s'est orienté vers des groupes de ventilation double flux qui englobent toutes les fonctionnalités de ventilation-rafraîchissement en une. Les unités terminales ont suivi la même tendance que les chillers (-17 %) avec 83.500 consoles, plafonniers et cassettes encastrées.

La ventilation des bâtiments évolue, elle aussi avec un marché domestique en hausse (+3,4 %). Dans le logement individuel, la VMC simple flux reste ultra-majoritaire (802.500 systèmes, +3,7 %) face à la VMC double-flux (21.000, -7 %). Les aérateurs (VMR) complètent ce panel (439.500, +2,2 %). Dans le collectif et le tertiaire, l'écart entre les technologies est moins net puisque les VMC simple flux tutoient les 100.500 installations (+2,6 %) et les VMC double flux progressent fortement (12.500, +6 %).


4 - Future RE 2020 et générateurs à 1 €

Les représentants d'Uniclima estiment que l'année 2018 a été riche en évolution réglementaires, y compris avec la prise en compte de la qualité de l'air intérieur et de la ventilation. D'où de fortes attentes pour la future RE 2020, "même si rien ne se profile pour l'heure dans les groupes de travail". Des doutes sur leur prise en compte qui sont regrettables selon le syndicat qui s'inquiète également de la date envisagée pour sa sortie et d'un possible renchérissement de la construction. En 2019, les dispositifs de soutien à la rénovation comme le crédit d'impôt resteront au centre de l'attention d'une profession rythmée par la publication des lois de finance. Mais François Frisquet fait remarquer : "L'arrêté n'est toujours pas mis en place. La transformation du CITE en prime était prévue pour 2019 mais le dispositif a finalement été simplement reconduit". La rumeur d'un plafonnement de la future prime à 1.200 ou 1.500 euros bruisse déjà au sein de ses adhérents. Mais la situation inédite de non publication de l'arrêté entraîne un certain attentisme des professionnels. Sur les autres initiatives comme les CEE revalorisés ou les aides, il déclare : "C'est formidable, mais cela a été fait sans concertation avec la filière, installateurs et distributeurs. La communication autour des produits à 1 € présente un inconvénient, celui de dévaloriser le produit et la prestation des professionnels". Il y voit tout de même une opportunité pour dynamiser toute la rénovation énergétique grâce à des signaux forts et l'ambition du gouvernement de faire remplacer 300.000 chaudières par an du parc fioul et gaz.

François Frisquet s'interroge sur la capacité de répondre, dans les 2 ans qui viennent, à cette demande subite, en particulier dans une situation de pénurie de professionnels formés et qualifiés pour mettre en œuvre des produits techniques. Pour l'heure, seules 6.500 entreprises porteraient le label QualiPAC, ce qui serait trop juste, selon les experts. Les perspectives de marché, positives, pourraient donc être contrariées …


 

SOURCE ET LIEN

 

logo UNICLIMA


Commentaires

Aucun commentaire actuellement, soyez le premier à participer !

LAISSER UN COMMENTAIRE

ABONNEZ-VOUS !
Ce site respecte strictement la réglementation RGPD sur les données personnelles. Pour connaitre et exercer vos droits, vous pouvez consulter notre politique de confidentialité
Reférencement gratuit

Référencez gratuitement votre société dans l'annuaire